Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

Afrique

Cameroun : le correspondant de RFI Ahmed Abba condamné à 10 ans de prison

© RFI | Le correspondant de RFI Ahmed Abba est détenu depuis le 30 juillet 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/04/2017

Le correspondant de RFI au Cameroun, Ahmed Abba, a été condamné lundi à 10 ans de prison par le tribunal militaire de Yaoundé. La radio s'est dite "consternée" par cette décision "incompréhensible", mettant à mal "la liberté d'informer.

Le correspondant de RFI au Cameroun, Ahmed Abba, a été condamné lundi 24 avril à 10 ans de prison ferme pour "non-dénonciation d'actes de terrorisme et blanchiment d'actes de terrorisme" par le tribunal militaire de Yaoundé.

Le journaliste est condamné à "10 ans de prison ferme avec mandat d'arrêt à l'audience (...) et à verser 55 726 325 francs CFA" (environ 85 000 euros), a déclaré le président du tribunal, précisant qu'il pourrait faire cinq ans de prison supplémentaires en cas de non-paiement de l'amende.

"Ahmed Abba est déclaré non coupable d'apologie du terrorisme, coupable des faits de non-dénonciation d'actes de terrorisme, et blanchiment d'actes de terrorisme", a-t-il dit.

Le verdict a été annoncé lundi à 17 h 30 GMT après avoir été reporté de quatre jours au dernier jour du procès du correspondant de Radio France Internationale en langue haoussa.

Les avocats d’Ahmed Abba ont fait appel de cette décision.

>> À lire sur France 24 : "Cameroun : le journaliste de RFI Ahmed Abba maintenu derrière les barreaux"

"C'est la liberté d'informer et d'être informé qui est mise en cause"

Dans un communiqué lundi soir, RFI a jugé cette décision "incompréhensible" et s’est dite "consternée par le verdict du tribunal militaire de Yaoundé".

Correspondant dans le nord du Cameroun, cible des attentats de Boko Haram, Ahmed Abba avait été arrêté fin juillet 2015 à Maroua, dans l'extrême nord du pays.

"L'accusation d''apologie du terrorisme' avait été écartée en raison des preuves irréfutables fournies par RFI (la traduction de l'ensemble des productions d’Ahmed Abba sur son antenne en haoussa)", explique la radio dans ce communiqué.

"Alors qu'aucune preuve n'a été apportée au dossier, cette condamnation est celle d'un journaliste qui n'a fait qu'exercer son métier. Au-delà de la condamnation d'Ahmed Abba, c'est la liberté d'informer et d'être informé qui est mise en cause. RFI en appelle à la mobilisation générale de tous ceux qui dans le monde se battent pour défendre ce droit fondamental", insiste RFI.

Avec AFP

Première publication : 24/04/2017

  • CAMEROUN

    Cameroun : la peine du journaliste de RFI Ahmed Abba connue le 24 avril

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Cameroun : RFI demande la relaxe de son correspondant Ahmed Abba

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)