Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU: "irresponsable et infantile"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

Asie - pacifique

Corée du Nord : Washington poste un sous-marin dans les eaux sud-coréennes

© Yonhap, AFP | Le sous-marin à propulsion nucléaire américain Michigan à l'approche du port de Busan, en Corée du Sud, mardi 25 avril.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2017

Craignant une nouvelle opération de force de Pyongyang à l'occasion du 85e anniversaire de la création de l'Armée populaire de Corée, Washington a envoyé un sous-marin à propulsion nucléaire en signe de dissuasion.

Opération intimidation. Washington semble bien décidé à montrer ses muscles : mardi 25 avril, un sous-marin à propulsion nucléaire américain a fait escale dans un port sud-coréen. Une action menée par les Américains qui redoutent de voir la Corée du Nord marquer le 85e anniversaire de la création de l'Armée populaire de Corée (du Nord) par une nouvelle démonstration de force, voire par un sixième essai nucléaire.

L'escale du "USS Michigan", annoncée par l'armée américaine basée en Corée du Sud, a coïncidé avec une réunion, prévue à Tokyo, d'experts nucléaires américains, japonais et sud-coréens, consacrée à la manière de faire face au refus de Pyongyang d'abandonner son programme nucléaire.

L'"USS Michigan" est conçu pour transporter des missiles balistiques et des missiles de croisière Tomahawk.

La halte du sous-marin américain en Corée du Sud précède de peu, a priori de quelques jours, l'arrivée dans les eaux entourant la péninsule coréenne du groupe aéronaval emmené par le porte-avion à propulsion nucléaire USS "Carl Vinson", envoyé il y a deux semaines dans la région par Donald Trump en guise d'avertissement à Pyongyang.

Un statu quo "inacceptable"

Lundi, le président américain a estimé que le Conseil de sécurité des Nations unies devait se préparer à adopter de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord. "Le statu quo en Corée du Nord est inacceptable et le Conseil doit être prêt à imposer des sanctions supplémentaires, plus musclées, contre les programmes nucléaire et balistique de la Corée du Nord", avait-il déclaré aux journalistes.

Dans un éditorial, le journal China Daily écrit mardi qu'il est temps que Pyongyang et Washington marquent une pause dans l'escalade des tensions, appelant de ses vœux une solution pacifique.

Lors d'une conversation qu'a eue lundi Xi Jinping avec Donald Trump, le président américain a appelé toutes les parties à faire preuve de retenue.

Dimanche, Pyongyang a menacé dimanche de couler le porte-avion à propulsion nucléaire USS "Carl Vinson". De leur côté, deux contre-torpilleurs japonais ont entamé il y a deux jours un exercice militaire avec le groupe aéronaval emmené par l'USS "Carl Vinson". Lundi, la Corée du Sud a dit être en pourparlers avec le gouvernement américain en vue d'effectuer des exercices militaires communs avec ce groupe aéronaval.

Avec AFP

Première publication : 25/04/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Couac autour de l'envoi de navires de la marine américaine vers la Corée du Nord

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS-JAPON

    Corée du Nord : le vice-président américain Mike Pence rassure le Japon

    En savoir plus

  • CORÉE DU SUD

    En Corée du sud, Mike Pence annonce la fin de la "patience stratégique" vis-à-vis de Pyongyang

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)