Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

FRANCE

Comment Marine Le Pen drague les Insoumis de Mélenchon

© Martin Bureau, AFP | Marine Le Pen était interviewée sur TF1, le 25 avril 2017.

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 26/04/2017

Marine Le Pen tente de séduire les électeurs de Jean-Luc Mélenchon en vue du second tour de la présidentielle. "Les électeurs de la France insoumise, je les vois mal voter pour la France soumise", a-t-elle argué mardi sur TF1.

L'objectif est clair pour Marine Le Pen, confrontée à un problème de réserves de voix en vue du second tour : rallier les "Insoumis", électeurs de Jean-Luc Mélenchon. Pour espérer s'imposer lors du deuxième tour de l'élection présidentielle, le 7 mai, face à Emmanuel Macron, la candidate qui a récolté 21,3 % des voix, doit miser sur les 19,5 % crédités à Jean-Luc Mélenchon.

Invitée sur TF1 mardi 25 avril, la candidate a usé de rhétorique pour séduire, avec plus ou moins de discrétion, les quelque 7 millions d'électeurs de la France insoumise. "Je vais dire aux électeurs de Mélenchon : 'Est-ce que sérieusement, vous envisagez de voter pour monsieur Macron ?'", a-t-elle lancé. "Est-ce qu'ils vont voter pour quelqu'un qui va faire une loi El Khomri fois mille ?", a-t-elle ajouté.

"Macron, candidat de la France soumise"

Celle qui a "pris congé" de la présidence du Front national et qui se présente désormais comme "la candidate du peuple" a également désigné son rival Emmanuel Macron comme celui "de l'oligarchie". Un mot qu'elle a martelé plusieurs fois mardi soir, cherchant à reprendre à un élement de langage régulièrement utilisé par Jean-Luc Mélenchon pour dénoncer le système pendant sa campagne. Après l'annonce des résultats, il s'était notamment attaqué aux "médiacrates et [aux] oligarques" qui "jubilent".

Elle n'a pas hésité non plus à qualifier son rival de candidat soumis en opposition à Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise. "Macron, c'est la France soumise à tout, à l'Union européenne, à l'Allemagne, aux États-Unis, etc", a-t-elle tancé sur le plateau de TF1.

"L'avenir en commun, c'est aussi avec Marine"

Mais l'opération séduction ne s'arrête pas là. Un tract du Front national, diffusé sur les réseaux sociaux, liste une dizaines de points commun entre les deux candidats des extrêmes : sortir des traités européens, abroger la loi El Khomri ou interdire les travailleurs détachés. Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen apparaissent ainsi côte à côte sur ce document intitulé "L'avenir en commun, c'est aussi avec Marine", reprenant ainsi le slogan de campagne Jean-Luc Mélenchon. 

Alors que la France insoumise dénonce une "récupération" et une "manipulation" de la part du FN, le parti frontiste rejette toute responsabilité dans l'intiative de ce tract.

Reste à voir si les électeurs de Jean-Luc Mélenchon seront réceptifs à cet appel du pied. Une consultation en ligne a commencé pour que les adhérents de la France insoumise se positionnent pour voter Macron, blanc ou l'abstention. Le nom de Marine Le Pen ne leur est pas proposé.

Première publication : 26/04/2017

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    Présidentielle française : les syndicats partent en campagne contre les idées du FN

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    Marine Le Pen reçue par Vladimir Poutine au Kremlin

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    Les petits "plus" du patrimoine des candidats à la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)