Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Princess Erika : le nouveau single d'une guerrière pacifique

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Migrations : les 28 à hue et à dia

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Manfred Weber, président du PPE, sur l'asile : "Sans solution européenne, tout finira dans le désordre"

En savoir plus

FOCUS

Les enfants volés de l'ex-RDA

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Guerre au Yémen : Paris organise une conférence humanitaire fin juin

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Migrations, sécurité et Brexit : les Européens réunis fin juin à Bruxelles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L’État turc est "extrêmement faible", selon l'historien Edhem Eldem

En savoir plus

L’invité du jour

Turquie : "Des fraudes sont possibles, mais qui ne remettent pas en cause le résultat"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'économie turque en surchauffe

En savoir plus

Economie

Google et Facebook victimes d'une arnaque à 100 millions de dollars

© iStock | Ni Google ni Facebook n'ont revelé le montant individuel qui leur a été soutiré.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/04/2017

Google et Facebook ont reconnu vendredi avoir été parmi les victimes d'un arnaqueur lituanien qui leur a soutiré, d'après le magazine Fortune, 100 millions de dollars.

Même les plus géants du Net peuvent tomber des vieux pièges sur Internet. Google et Facebook ont reconnu, vendredi 28 avril, avoir été trompés par un ressortissant lituanien dans une arnaque qui leur a coûté 100 millions de dollars, d'après le magazine Fortune.  Les deux groupes n'ont pas confirmé le montant exact, mais leur porte-parole a assuré que l'argent perdu avait été récupéré.

L'homme qui a réussi à tromper en ligne la vigilance de deux des multinationales les plus en pointe en matière d'Internet, Evaldas Rimasauskas, a été inculpé aux États-Unis pour fraude et usurpation d'identité le 21 mars. À cette occasion, le FBI avait expliqué que le suspect avait réussi, entre 2013 et 2015, à se faire transférer 100 millions de dollars "de la part d'une multinationale américaine du secteur high-tech et d'un géant américain des réseaux sociaux". Le magazine Fortune a réussi à mettre un nom sur les deux victimes, après une enquête d'un mois.

Simple comme des emails

Evaldas Rimasauskas a simplement utilisé des emails pour venir à bout de la vigilance des équipes de Google et Facebook. En fait, il a fondé en Lettonie une entreprise - Quanta - du même nom qu'un important partenaire taïwanais des deux géants du Net. Il s'est ensuite fait passer pour un employé de la société asiatique, avec laquelle Google et Facebook avaient l'habitude de conclure des contrats de plusieurs millions de dollars. Sauf que cette fois-ci, les sommes versées étaient directement placées sur des comptes en banque contrôlés par Evaldas Rimasauskas.

Pour rendre son arnaque plus crédible, il avait créé des faux bons d'achat, des faux contrats et des lettres qui semblaient avoir été signées par les dirigeants de la société taïwanaise.

"Cette affaire doit servir de signal d'alarme : toutes les entreprises, même les plus sophistiquées, peuvent toutes être les victimes de ce genre d'arnaque électronique", a résumé le département américain de la Justice dans son acte d'accusation contre Evaldas Rimasauskas. S'il est reconnu coupable, le Lituanien de 48 ans risque une peine maximum de 20 de prison avec un minimum de deux ans derrière les barreaux.

Première publication : 28/04/2017

  • CYBERCRIMINALITÉ

    Des pirates informatiques échouent à voler un milliard de dollars à cause d’une faute d’orthographe

    En savoir plus

  • CYBERCRIMINALITÉ

    Les zones d'ombre du cyber-braquage de la banque centrale du Bangladesh

    En savoir plus

  • INTERNET

    Démantèlement d’Avalanche : chute d’un empire du cyberpiratage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)