Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Anti_Fashion, mais pas anti-mode !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Souriez, vous êtes (mieux) protégés"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La France à l'honneur au forum de Saint-Pétersbourg

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Plus du tout de sommet États-Unis - Corée du Nord ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump - Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L’invité du jour

Chantal Barry : "L'État irlandais doit cesser de 'torturer' les femmes"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 01/05/2017

"Le Pen, l'euro, le mélimélo"

© Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse française du lundi 1er mai : les manifestations des syndicats en ordre dispersé, à moins d’une semaine du second tour de la présidentielle. La campagne est dans sa toute dernière ligne droite – et c’est assez chaotique.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de cette revue de presse française, les nombreuses mobilisations attendues en cette Journée internationale des travailleurs, à moins d’une semaine du second tour de la présidentielle.
 
Pour la première fois depuis 2012, les syndicats vont défiler séparément, la CFDT ayant souhaité manifester pour «faire barrage au Front national», alors que la CGT a choisi de proposer un mot d’ordre plus large, en défendant notamment des revendications sur le pouvoir d’achat et les salaires, d’après Le Figaro. Le quotidien évoque aussi la tenue de deux grands meetings à Paris pour Emmanuel Macron et Marine Le Pen, tandis que les partisans de cette dernière rendront hommage, comme chaque 1er mai, à Jeanne d’Arc.
 
Le programme de la journée s'annonce donc chargé, alors que les candidats entament la dernière ligne droite avant le second tour - une période souvent synonyme de «rythme infernal» et d’«improvisation», selon le Huffington Post. Le site estime que cette cuvée 2017 y ajoute «une bonne dose d’opportunisme» et raconte comment «tout se décide désormais à la dernière minute». Cela permettrait aux candidats «de maîtriser (leur) image en surprenant la presse», comme l'a fait Emmanuel Macron en allant jouer au foot à Sarcelles, ou Marine Le Pen avec sa sortie en mer au Grau-du-Roi. Mais cette stratégie peut aussi s'avérer «contre-productive», comme lors de la visite de la candidate du FN hier à l'usine Altéo, où elle a trouvé porte close. Cette visite, destinée à dénoncer les boues rouges toxiques et à donner une teinte écolo à sa campagne, était tellement secrète que personne n'était, semble-t-il, au courant. «Ce qui est important, c'est le fond de mon propos, pas tant les images», a réagi Marine Le Pen, visiblement agacée par la situation.
 
Son revirement sur la sortie de l’euro suscite beaucoup de questions. D’après L’Opinion, la candidate semble avoir revu sa proposition d'abandonner l’euro - qui était pourtant jusque-là une des promesses majeures de son programme. Dans une interview publiée hier matin, Marine Le Pen a déclaré que «l’euro est mort», tout en affirmant n’avoir «jamais dit que la France sortira[it] de l’euro», mais qu’elle souhaitait  «transformer l’euro monnaie unique en euro monnaie commune». L’euro «mort», donc, pas tout à fait, puisque selon Marine Le Pen il y aurait «coexistence» d’une monnaie nationale et d’une monnaie commune. Le Huffington Post explique ce «mélimélo» par le fait que seuls 28% des Français se déclarent favorables à la sortie de l'euro. La donnée aurait poussé Marine Le Pen à  édulcorer» et à «renvoyer aux calendes grecques» ce qui était jusque-là la mesure phare de son programme. Le site évoque un «revirement pressenti depuis plusieurs jours», la profession de foi de Marine Le Pen ne mentionnant «nulle part» la souveraineté monétaire, et l'accord signé samedi avec Nicolas Dupont-Aignan, samedi, précisant que «la transition de la monnaie unique à la monnaie commune n'est pas un préalable à toute politique économique». «On est très loin de ce que disait la candidate au mois de février, quand elle fustigeait 'la monnaie des banquiers'», relève le site.
 
L’alliance avec Nicolas Dupont-Aignan se soldera par la nomination du souverainiste au poste de Premier ministre, si Marine Le Pen était élue. L’Opinion cite Europe 1, qui affirme que la candidate a aussi promis des circonscriptions au leader de Debout la France. Celui-ci nie, en revanche, avoir noué cette alliance dans le but de faire prendre en charge ses frais de campagne par Marine Le Pen, puisqu’avec 4,6 % des voix, seulement, au premier tour, seuls 800 000 euros lui seront remboursés.
 
Le Pen-Dupont-Aignan : c'est un ticket contre lequel Jean-Luc Mélenchon a mis en garde ses partisans, hier, en leur demandant de ne pas commettre la «terrible erreur» de voter en faveur de la candidate du FN dimanche prochain – tout en refusant de dire s’il votera lui-même blanc ou pour Emmanuel Macron. Le Monde rapporte que le leader de la France Insoumise a expliqué son refus d’appeler au «front républicain» par le fait que cet appel consisterait, selon lui, à «donner des brevets de pompier à des pyromanes».
 
Jean-Luc Mélenchon a aussi demandé hier soir à Emmanuel Macron de «retirer» sa réforme du code du travail. Si le Huffington Post juge un tel geste «très peu probable», le site a retenu, en ce jour de fête du travail, quelques idées proposées par le candidat de la France Insoumise et par celui du PS, Benoît Hamon, qu’Emmanuel Macron pourrait accepter d’adopter, «sans pour autant renier son programme social-libéral». Parmi ces idées figurent l'amélioration des conditions de travail, le renforcement de la médecine du travail ou encore la prévention de la pénibilité. «Rien d'effrayant pour une éventuelle majorité progressiste», plaide le site. Emmanuel Macron pour lequel tous ou presque ont les yeux de Chimène – dernier rallié en date, le centriste Jean-Louis Borloo, dont le « soutien enthousiaste », annoncé hier, menacerait la «cohabitation» que les Républicains voudraient imposer au candidat d’En Marche, après les législatives. Lu dans Libération.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

25/05/2018 Protection des données

"Souriez, vous êtes (mieux) protégés"

Dans cette seconde revue de presse de la matinée : que penser du règlement général sur la protection des données (RGPD) qui entre en vigueur ce vendredi, de nouvelles...

En savoir plus

25/05/2018 Donald Trump

Plus du tout de sommet États-Unis - Corée du Nord ?

L'annulation du sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un est la une de cette première revue de presse du vendredi 25 mai. Également au menuÉ: le référendum irlandais sur...

En savoir plus

24/05/2018 revue de presse

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

Dans la presse ce jeudi 24 mai : le référendum irlandais sur l’avortement, la décision de la NFL d’obliger les joueurs de football américain à se tenir debout au moment de...

En savoir plus

24/05/2018 Revue de presse française

"From Russia with luck"

À la une de la presse ce jeudi 24 mai : la désignation de Giuseppe Conte pour diriger le nouveau gouvernement italien, la visite d’Emmanuel Macron en Russie, la première...

En savoir plus

23/05/2018 revue de presse

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

Dans la presse ce mercredi 23 mai : la mort de l’écrivain américain Philip Roth, la condamnation de l’archevêque australien Philip Wilson accusé d’avoir couvert des faits de...

En savoir plus