Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Moralisation de la vie politique, la boîte de Pandore"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Mathieu Kassovitz, l'enfant terrible du cinéma français

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : "Les proies", avec Nicole Kidman, sixième long métrage de Sofia Coppola

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le parc paradisiaque de Doñana meurt de soif

En savoir plus

FACE À FACE

Ferrand épinglé par "Le Canard enchaîné" : un premier couac pour Macron ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Manchester meurtrie par l'un de ses enfants"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme de la loi travail : les choses sérieuses commencent

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'organisation Etat islamique cible des enfants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "faux disparus" de Manchester

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 06/01/2017

"Génération Dadaab" : rencontre avec la jeunesse du camp somalo-kenyan

© France 24

À la frontière entre la Somalie et le Kenya se trouve Dadaab. Ce camp géant, géré par l'UNHCR, abrite 280 000 habitants, des Somaliens pour la plupart. En 25 ans d'existence, une génération entière d'enfants y a grandi. Michael Guiheux et Maïa Boyé sont allés à la rencontre de cette jeunesse qui se raccroche à un espoir : en sortir, un jour. Leur reportage a remporté le Prix le Rotarien/France 24 du Jeune Reporter d’Images 2016.

Rahma est lycéenne, Sagaro propriétaire d'un stand de jeux vidéo et Abdirizak professeur. Les deux premiers ont 19 ans, le troisième en a 25, et tous rêvent de la même chose : partir vivre ailleurs. Quitter ce camp entièrement géré par l'UNHCR et dont ils n'ont pas le droit de sortir. Ils ont accepté de partager avec nous quelques jours de leur quotidien, de nous expliquer comment ils étaient arrivés là et comment ils comptaient s'en sortir. Nous allons vous raconter leur histoire.

>> Au Kenya, la fermeture du plus grand camp de réfugiés au monde repoussée

Rahma est en dernière année de lycée, elle veut devenir ingénieure en chimie. Ses parents, confrontés à la politique de rapatriement mise en place par l'État kenyan, qui veut fermer le camp, l’avaient ramenée en Somalie avec eux. Mais elle a fui. Elle a traversé 700 km seule, à pied et en bus, pour rejoindre le camp et finir ses études.

Abdirizak est arrivé dans le camp à 16 ans, il est venu seul, spécialement pour aller à l'école. L'éducation dans le camp est gratuite, tandis qu’en Somalie, elle est réservée à l'élite. Son rêve était d'obtenir une bourse pour partir à l'université étudier au Canada, mais comme de nombreux jeunes, il est resté bloqué à Dadaab après son bac. Seules quelques dizaines d'élèves sur 1 000 étudiants arrivent à décrocher une bourse chaque année. Alors il est devenu professeur et attend de repasser l'examen. Mais le temps presse, sa mère adoptive le pousse à rentrer en Somalie avec elle.

La solution de Sagaro pour partir ? Devenir riche !

Sagaro, lui, a dû quitter l'école à 12 ans, après les cours élémentaires. Les collèges manquent de place et il n'a pas réussi l'examen d'entrée. À Dadaab, un enfant sur deux ne va pas à l'école. Aujourd'hui, grâce à l'argent économisé lorsqu'il était vendeur de glaces, il a pu bricoler un stand de jeux vidéo. Quatre murs en taule, sept consoles démodées branchées à de vieux téléviseurs. Sa solution pour partir, c'est de devenir riche. Si sa demande de visa pour les États-Unis démarrée il y a 5 ans n'aboutit pas, il envisage d'utiliser son argent pour rentrer illégalement en Europe.

Trois destins, des tranches de vie qui racontent, en partie, celle de la jeunesse de Dadaab. Ce qui frappe lorsque l'on rencontre ces jeunes, c'est leur force face à l'injustice du quotidien, qu’ils combattent à coups de phrases comme "je vais m'en sortir", "je vais devenir riche", "l'éducation est la seule option"… Leur force ressemble parfois à du déni, quand on sait à quel point il est difficile de quitter le camp... sauf pour repartir en Somalie.
 

Par Michael GUIHEUX , Joël PROCOPE , Antoine SEXTIER , Maïa BOYÉ

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/05/2017 Asie - pacifique

Vidéo : en Inde, la guerre aux "superbactéries" est déclarée

C’est un fléau de santé publique. D’après l’ONU, les "superbactéries", ces bactéries qui résistent aux antibiotiques, représentent la "plus grande menace mondiale" à venir en...

En savoir plus

11/05/2017 Moyen-Orient

Méditerranée orientale : gaz, le grand échiquier

C'est une découverte qui pourrait rebattre les cartes au Moyen-Orient. Celle du plus grand bassin gazier jamais mis au jour aux portes de l'Europe. Mais l'étendue de cette...

En savoir plus

05/05/2017 Asie - pacifique

De la Birmanie au Bangladesh, l'exode des Rohingya, peuple sans terre ni patrie

La communauté musulmane des Rohingya compte un peu plus d'1,3 million de membres. Bien qu'établie depuis plus de deux siècles en Birmanie, elle ne fait pas partie des minorités...

En savoir plus

27/04/2017 EUROPE

Espagne : les cols blancs du cannabis

En Espagne, grâce au succès des "clubs" qui essaiment depuis 2011, le cannabis est devenu un nouvel or vert. Produits dérivés, cliniques spécialisées, tourisme associé… Toute une...

En savoir plus

21/04/2017 Planète

France : à Bure, le futur cimetière nucléaire fait débat

Dans l'est de la France, le village de Bure est devenu un point de ralliement pour de nombreux écologistes. Cette zone doit accueillir le futur centre d'enfouissement de déchets...

En savoir plus