Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 06/01/2017

"Génération Dadaab" : rencontre avec la jeunesse du camp somalo-kenyan

© France 24

À la frontière entre la Somalie et le Kenya se trouve Dadaab. Ce camp géant, géré par l'UNHCR, abrite 280 000 habitants, des Somaliens pour la plupart. En 25 ans d'existence, une génération entière d'enfants y a grandi. Michael Guiheux et Maïa Boyé sont allés à la rencontre de cette jeunesse qui se raccroche à un espoir : en sortir, un jour. Leur reportage a remporté le Prix le Rotarien/France 24 du Jeune Reporter d’Images 2016.

Rahma est lycéenne, Sagaro propriétaire d'un stand de jeux vidéo et Abdirizak professeur. Les deux premiers ont 19 ans, le troisième en a 25, et tous rêvent de la même chose : partir vivre ailleurs. Quitter ce camp entièrement géré par l'UNHCR et dont ils n'ont pas le droit de sortir. Ils ont accepté de partager avec nous quelques jours de leur quotidien, de nous expliquer comment ils étaient arrivés là et comment ils comptaient s'en sortir. Nous allons vous raconter leur histoire.

>> Au Kenya, la fermeture du plus grand camp de réfugiés au monde repoussée

Rahma est en dernière année de lycée, elle veut devenir ingénieure en chimie. Ses parents, confrontés à la politique de rapatriement mise en place par l'État kenyan, qui veut fermer le camp, l’avaient ramenée en Somalie avec eux. Mais elle a fui. Elle a traversé 700 km seule, à pied et en bus, pour rejoindre le camp et finir ses études.

Abdirizak est arrivé dans le camp à 16 ans, il est venu seul, spécialement pour aller à l'école. L'éducation dans le camp est gratuite, tandis qu’en Somalie, elle est réservée à l'élite. Son rêve était d'obtenir une bourse pour partir à l'université étudier au Canada, mais comme de nombreux jeunes, il est resté bloqué à Dadaab après son bac. Seules quelques dizaines d'élèves sur 1 000 étudiants arrivent à décrocher une bourse chaque année. Alors il est devenu professeur et attend de repasser l'examen. Mais le temps presse, sa mère adoptive le pousse à rentrer en Somalie avec elle.

La solution de Sagaro pour partir ? Devenir riche !

Sagaro, lui, a dû quitter l'école à 12 ans, après les cours élémentaires. Les collèges manquent de place et il n'a pas réussi l'examen d'entrée. À Dadaab, un enfant sur deux ne va pas à l'école. Aujourd'hui, grâce à l'argent économisé lorsqu'il était vendeur de glaces, il a pu bricoler un stand de jeux vidéo. Quatre murs en taule, sept consoles démodées branchées à de vieux téléviseurs. Sa solution pour partir, c'est de devenir riche. Si sa demande de visa pour les États-Unis démarrée il y a 5 ans n'aboutit pas, il envisage d'utiliser son argent pour rentrer illégalement en Europe.

Trois destins, des tranches de vie qui racontent, en partie, celle de la jeunesse de Dadaab. Ce qui frappe lorsque l'on rencontre ces jeunes, c'est leur force face à l'injustice du quotidien, qu’ils combattent à coups de phrases comme "je vais m'en sortir", "je vais devenir riche", "l'éducation est la seule option"… Leur force ressemble parfois à du déni, quand on sait à quel point il est difficile de quitter le camp... sauf pour repartir en Somalie.
 

Par Antoine SEXTIER , Joël PROCOPE , Maïa BOYÉ , Michael GUIHEUX

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/06/2018 EUROPE

Vidéo : les opposants turcs traqués jusqu'en Europe

À la veille des élections présidentielle et législatives en Turquie, notre reporter est partie à la rencontre des opposants turcs, peu audibles dans les médias officiels. Depuis...

En savoir plus

15/06/2018 Afrique

Vidéo : la vague à l'âme, l’odyssée des pêcheurs sénégalais en Bretagne

En Bretagne, dans l’Ouest de la France, plusieurs pêcheurs d'origine sénégalaise embarquent au petit matin sur des chalutiers pour rapporter du poisson dans les criées du...

En savoir plus

08/06/2018 EUROPE

Vidéo : les volontaires du Mondial-2018 en Russie

Pendant le Mondial-2018 en Russie, plus de 35 000 volontaires vont travailler gratuitement pour la FIFA et les autorités des onze villes hôtes. Accueil des spectateurs et des...

En savoir plus

25/05/2018 Florence GAILLARD

"Les bruits couraient qu'il allait y avoir une guerre civile" : Mai 68 vu de l'étranger

En mai 1968, le mouvement étudiant français ressemble à ceux des pays voisins... jusqu'à ce que la grève générale paralyse le pays. Le Quai d'Orsay reçoit alors de nombreux...

En savoir plus

18/05/2018 Moyen-Orient

Au delà du conflit : carnet de route dans l'Israël d'aujourd'hui

Souvent au cœur de l'actualité, Israël ne se résume pas au conflit avec les Palestiniens. C'est un État encore jeune mais très développé, une terre sainte pour trois grandes...

En savoir plus