Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Brexit: "si tu reviens, j'annule tout ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, Sarkozy, les policiers et le football"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : Xi Jinping promet "un nouveau modèle commercial" plus ouvert et plus équitable

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le scrutin sera-t-il crédible ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Congrès du Parti Communiste Chinois : Xi Jinping, nouveau Mao ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Congrès du Parti Communiste Chinois : Xi Jinping, nouveau Mao ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La pollution aux PCB, l'autre scandale qui vise Monsanto

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Square" : Palme d'or cynique sur notre société occidentale

En savoir plus

FACE À FACE

Interview d'Emmanuel Macron : François Hollande "ne passera rien" au président

En savoir plus

FRANCE

Première manifestation à Paris après l'élection d'Emmanuel Macron

© Lionel Bonaventure, AFP | Plusieurs centaines de personnes ont défilé à Paris au nom du collectif "Front social", le 8 mai 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/05/2017

Des centaines de personnes ont défilé lundi entre les places de la République et de la Bastille, à Paris, pour lancer un premier avertissement social à Emmanuel Macron, au lendemain de son élection à la présidence de la République.

Plusieurs syndicats dont la CGT, Sud et l'Unef, réunis dans le collectif Front social, ont appelé, lundi 8 mai, à lancer un message au nouveau président-élu Emmanuel Macron. "En Marche vers la guerre sociale", "Nos voix ne rentrent pas dans leurs urnes", pouvait-on lire sur des banderoles brandies par les manifestants, encadrés par un important dispositif de sécurité.

>> À lire sur France 24 : "Et maintenant ? Ce qui attend le président Macron dans les prochaines semaines"

Dès l'annonce des résultats dimanche soir, les centrales syndicales, qui n'ont jamais accepté la fin de la bataille contre la loi travail, ont mis en garde le président élu contre un "troisième tour social", en particulier s'il légifère par ordonnances sur le droit du travail. "S'il persiste dans l'idée de faire des ordonnances au mois de juillet, ça veut dire qu'il va balayer le dialogue social et la concertation : il y aura problème d'une manière ou d'une autre, donc on attend de voir", a déclaré sur France Info le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly.

"Nous avons décidé de ne pas baisser la tête dans les premiers jours de mandature", a assuré Romain Altmann, responsable du turbulent syndicat Info'Com, qui a souvent eu maille à partir avec la direction de la CGT. "Ce qui nous attend est assez grave, comme une loi travail n° 2, qui va voir le jour dans les prochaines semaines", observe-t-il.

Réformer le droit du travail par ordonnance ?

Les centrales syndicales nationales ne se sont pas associées à ce rassemblement, en dépit de leurs inquiétudes concernant la volonté du président élu de légiférer par ordonnance pour réformer le droit du travail, dès cet été.

Le 22 avril, à la veille du premier tour, le "Front social" avait déjà organisé une manifestation à Paris, à laquelle avaient participé près de 2 000 personnes, selon la police.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 08/05/2017

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    Présidentielle : des manifestations anti-Macron dégénèrent dans plusieurs villes

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    Participation, score du FN : les chiffres qui pondèrent la victoire de Macron

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    Victoire d’Emmanuel Macron : quelles vont être ses premières mesures ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)