Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 8h45.

Dernière modification : 14/05/2017

Denis Sassou-Nguesso : "Il n'y pas de crise politique dans la région du Pool"

© Capture France 24

Lors d'un entretien accordé jeudi à France 24, le président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou-Nguesso, est revenu sur sa réélection contestée en mars 2016, sur la situation en Libye et sur les tensions dans la région du Pool, expliquant qu'il refuse de négocier avec ceux qu'il qualifie de "terroristes".

Denis Sassou-Nguesso, le président du Congo-Brazzaville, a accordé une interview exclusive à France 24, jeudi 12 mai, une première depuis sa réélection très contestée en mars 2016.

Revenant sur ce scrutin controversé, il nie les accusations de fraude. Pour l'homme d'État africain, le "black-out" des communications décrété au moment de la dernière élection ne visait pas à manipuler le scrutin, mais à détourner une tentative de coup d'État contre lui, pilotée depuis l'extérieur. Il réfute également l'idée d'une "chasse aux sorcières" qu'il aurait livré à ses opposants ces derniers mois.

Le président a ensuite évoqué la situation dans la région rebelle du Pool, dans l'est du Congo-Brazzaville. Il reconnaît les difficultés du gouvernement à contrôler la situation sécuritaire mais refuse toutes négociations avec ceux qu'il qualifie de "terroristes". De plus, il réfute les accusations portées par le gouvernement américain faisant état de violations des droits de l'Homme dans la région.

Revenant sur la mise en examen en mars de son neveu à Paris dans l'affaire dite des "biens mal acquis", il dénonce une cabale visant à déstabiliser son pays et demande d'y mettre fin.

À propos de la Libye, Denis Sassou-Nguesso dénonce un drame qui dure depuis 2011 et annonce que l'Union africaine souhaite réunir prochainement toutes les partis pour une conférence de réconciliation, y compris en incluant le fils de Mouammar Kadhafi.

Enfin, le président du Congo-Brazzaville a refusé de se prononcer sur le nombre de mandats qu'il compte exercer après plus de 30 ans passés à la tête du pays, de 1979 à 1992, et depuis 1997.

Par Marc PERELMAN

Les archives

22/09/2017 Afrique

Ghassan Salamé : le processus politique en Libye est ouvert "à tout le monde sans exception"

Le représentant spécial de l'ONU en Libye Ghassan Salamé, nommé en juin, doit permettre une sortie de crise dans le pays. Dans un entretien accordé à Marc Perelman, en marge de...

En savoir plus

22/09/2017 Birmanie

Rohingya : "Le plus urgent, c'est d'arrêter la violence", insiste le Haut Commissaire pour les réfugiés

En marge de l'Assemblée générale de l'ONU, le Haut Commissaire pour les réfugiés Filippo Grandi a accordé un entretien à France 24. Il s'apprête à se rendre au Bangladesh, où des...

En savoir plus

21/09/2017 Rohingya

Crise des Rohingya : "Qu'ils nous laissent entrer", plaide le Haut Commissaire aux droits de l'Homme

Les violences en Birmanie contre les Rohingya se poursuivent malgré les protestations de la communauté internationale. Le Haut Commissaire des Nations unies aux droits de...

En savoir plus

21/09/2017 Malala Yousafzai

Malala : "J’ai demandé à Macron d’investir plus pour l’éducation des filles"

Malala Yousafzai, jeune prix Nobel de la Paix et ambassadrice de la paix pour l'ONU, a accordé un entretien à France 24 à New York en marge de l'Assemblée générale des Nations...

En savoir plus

20/09/2017 Kurdistan

"Nous voulons organiser le référendum au Kurdistan irakien de manière pacifique"

À l’occasion de l’Assemblée générale des Nations unies qui se tient cette semaine à New York, le ministre des Affaires étrangères du gouvernement régional du Kurdistan irakien a...

En savoir plus