Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Elections législatives au Sénégal: 165 députés doivent être désigner ce dimanche.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'unique centre de déradicalisation en France ferme ses portes

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris-2024 : le rêve olympique de la capitale française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La renaissance du château de Chambord

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Venezuela : "un coup d'État contre le peuple"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Amazon, la conquête avant tout

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron nationalise les chantiers navals"

En savoir plus

FOCUS

France : Sarah Halimi a-t-elle été tuée parce qu’elle était juive ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'opposition vénézuélienne interdite de manifester avant le vote de dimanche

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 8h45.

Dernière modification : 14/05/2017

Denis Sassou-Nguesso : "Il n'y pas de crise politique dans la région du Pool"

© Capture France 24

Lors d'un entretien accordé jeudi à France 24, le président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou-Nguesso, est revenu sur sa réélection contestée en mars 2016, sur la situation en Libye et sur les tensions dans la région du Pool, expliquant qu'il refuse de négocier avec ceux qu'il qualifie de "terroristes".

Denis Sassou-Nguesso, le président du Congo-Brazzaville, a accordé une interview exclusive à France 24, jeudi 12 mai, une première depuis sa réélection très contestée en mars 2016.

Revenant sur ce scrutin controversé, il nie les accusations de fraude. Pour l'homme d'État africain, le "black-out" des communications décrété au moment de la dernière élection ne visait pas à manipuler le scrutin, mais à détourner une tentative de coup d'État contre lui, pilotée depuis l'extérieur. Il réfute également l'idée d'une "chasse aux sorcières" qu'il aurait livré à ses opposants ces derniers mois.

Le président a ensuite évoqué la situation dans la région rebelle du Pool, dans l'est du Congo-Brazzaville. Il reconnaît les difficultés du gouvernement à contrôler la situation sécuritaire mais refuse toutes négociations avec ceux qu'il qualifie de "terroristes". De plus, il réfute les accusations portées par le gouvernement américain faisant état de violations des droits de l'Homme dans la région.

Revenant sur la mise en examen en mars de son neveu à Paris dans l'affaire dite des "biens mal acquis", il dénonce une cabale visant à déstabiliser son pays et demande d'y mettre fin.

À propos de la Libye, Denis Sassou-Nguesso dénonce un drame qui dure depuis 2011 et annonce que l'Union africaine souhaite réunir prochainement toutes les partis pour une conférence de réconciliation, y compris en incluant le fils de Mouammar Kadhafi.

Enfin, le président du Congo-Brazzaville a refusé de se prononcer sur le nombre de mandats qu'il compte exercer après plus de 30 ans passés à la tête du pays, de 1979 à 1992, et depuis 1997.

Par Marc PERELMAN

Les archives

27/07/2017 Moyen-Orient

Pour le ministre égyptien des Affaires étrangères, le Qatar "soutient et finance le terrorisme"

Dans un entretien accordé à France 24, Sameh Choukri, ministre égyptien des Affaires étrangères, accuse le Qatar de soutenir le terrorisme en Égypte. Sameh Choukri soutient que...

En savoir plus

26/07/2017 Libye

Khalifa Haftar : "Nous traiterons avec tous les groupes terroristes par les armes"

Dans un entretien exclusif accordé à France 24, le général Khalifa Haftar, qui contrôle l'est de la Libye, revient sur l'accord conclu en France mardi avec son rival Fayez...

En savoir plus

26/07/2017 Afrique

Sarraj : "Nous avons besoin de l'ONU pour organiser des élections en Libye"

Dans un entretien exclusif accordé à France 24, Fayez al-Sarraj, le chef du gouvernement d'entente nationale libyen – reconnu par la communauté internationale –, revient sur...

En savoir plus

18/07/2017 Turquie

Fethullah Gülen : "Je ne m'inquiète pas d'une extradition vers la Turquie"

Dans un entretien exclusif à France 24, Fethullah Gülen, considéré par Ankara comme l'instigateur du putsch manqué de juillet 2016 en Turquie, admet qu'il a rencontré un...

En savoir plus

17/07/2017 Migrants

Migrants en Méditerranée : "Comme l'UE ne réagit pas, c'est à nous de sauver ces personnes"

En octobre 2014, l'Italie a mis fin à son opération Mare Nostrum, qui venait en aide aux migrants en mer Méditerranée. Le capitaine Klaus Vogel a décidé de prendre les choses en...

En savoir plus