Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

EUROPE

À Berlin, Macron et Merkel plaident pour des réformes profondes de l'UE

© AFP | Emmanuel Macron et Angela Merkel lors d'une conférence de presse commune à Berlin, lundi 15 mai.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/05/2017

Le président Emmanuel Macron s'est rendu à Berlin, lundi, pour son premier déplacement officiel afin de s'entretenir avec la chancelière allemande, Angela Merkel. Ils ont tous deux souligné la nécessité "d'une nouvelle dynamique" pour l'Europe.

À l'instar de ses prédécesseurs, le nouveau chef de l'État français, Emmanuel Macron, a choisi l'Allemagne pour son premier déplacement officiel, au lendemain de son investiture. Il a rencontré lundi 15 mai, quelques heures après la nomination de son Premier ministre, la chancellière allemande Angela Merkel, à Berlin. Lors d'une conférence de presse conjointe, ils ont tous deux souhaité une "nouvelle dynamique" en Europe qui sera symbolisée en juillet par un conseil des ministres franco-allemand.

Emmanuel Macron a appelé à une "refondation historique" de l'Europe face à la montée des populismes et au risque "de délitement", et prôné "plus de pragmatisme et de volontarisme" dans le couple franco-allemand. "Je serai toujours un partenaire franc, direct et constructif", a-t-il promis, jugeant indissociables la réussite de la France, de l'Allemagne et de l'Europe.

>> À voir : Il a passé deux ans au PS et imite VGE... 5 choses à savoir sur Édouard Philippe, le Premier ministre

Les deux dirigeants ont convenus de travailler immédiatement sur des projets communs de court terme et d'établir une feuille de route pour approfondir l'Union européenne et la zone euro afin d'enrayer la montée du populisme.

Numérique, fiscalité, défense...

Ils ont également fait part leur volonté commune de renforcer la zone euro, y compris en modifiant les traités européens. "Du point de vue allemand, il est possible de changer les traités si cela fait sens", a déclaré à la presse Angela Merkel, tandis que le chef de l'État français a souligné qu'il n'aurait "pas de tabou" à l'égard de cette idée.

Parmi les sujets de court terme, ils ont cité la révision de la directive sur les travailleurs détachés, un sujet très présent dans la campagne présidentielle, un droit d'asile commun pour les réfugiés et le travail sur la politique commerciale.

Emmanuel Macron a en revanche répété qu'il souhaitait que la zone euro se dote d'une capacité de financement pour investir dans des projets communs.

Parmi les chantiers de coopération, les deux dirigeants ont cité le numérique, la fiscalité, la défense et la politique internationale, ainsi que l'éducation.

Le président français a par ailleurs insisté sur la nécessité de mener des réformes économiques et sociales en France, "non pas parce que l'Europe le demande, parce que la France en a besoin". "J'ai, en France, à conduire des réformes en profondeur, qui sont nécessaires pour notre pays mais nécessaires aussi pour la pleine restauration de la confiance franco-allemande", a-t-il dit.

Avec AFP et Reuters

 

Première publication : 15/05/2017

  • GOUVERNEMENT

    Le Premier ministre Édouard Philippe, un juppéiste Macron-compatible

    En savoir plus

  • FRANCE

    Kohler, Strzoda, Étienne, Emelien : les premières nominations de Macron à l'Élysée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Emmanuel Macron à ses candidats : "Nous sommes condamnés à réussir !"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)