Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Cameroun : les humanitaires face aux pénuries alimentaires dans les camps de réfugiés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il s'appelait Julian Cadman"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Areva quitte la Bourse de Paris"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la Cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : gouvernement et opposition examinent un projet de constitution proposé par l'ONU

© Salvatore Di Nolfi, AFP | Les pourparlers pour la Syrie ont repris mardi 16 mai à Genève.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/05/2017

Le médiateur de l'ONU a présenté aux représentants du gouvernement syrien et de l'opposition un document visant à préparer une nouvelle constitution pour le pays, sujet majeur des pourparlers qui se déroulent à Genève depuis mardi.

À Genève, les négociations pour la paix ont repris. Mardi 16 mai, au soir, le médiateur de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a mis sur la table un nouveau sujet : la question de la future constitution du pays ravagé par la guerre civile depuis 2011.

La délégation du régime, conduite par l'ambassadeur syrien aux Nations unies, Bachar al-Jaafari, et la délégation du Haut Comité des négociations (HCN) qui rassemble les principaux groupes d'opposition, se sont vus remettre un document par Staffan de Mistura proposant un processus de rédaction d'une nouvelle constitution. Les deux groupes doivent donner leurs commentaires avant la fin de la journée mercredi.

Une équipe "consultative" aux manettes

La veille, le médiateur a rencontré à deux reprises les deux délégations rivales et les discussions ont duré jusque tard dans la soirée. Deux sources de l'opposition ont déclaré à l'AFP qu'il avait à cette occasion présenté au HCN un document proposant la formation d'une équipe d'activistes de la société civile et de technocrates chargés de préparer le terrain à une future constitution.

Cette équipe "consultative" pourrait se mettre au travail immédiatement pour élaborer "un projet constitutionnel selon des options spécifiques", indique le document dont l'AFP a pu obtenir une copie. Cela permettrait d'"éviter un vide constitutionnel ou juridique pendant le processus de transition politique qui est en cours de négociation".

La future constitution est l'un des quatre sujets à l'ordre du jour des discussions, avec la lutte contre le terrorisme, la gouvernance et l'organisation d'élections.

Réserves dans l'opposition, pas de commentaires pour le gouvernement

L'un des représentants du HCN, Munzer Makhos, a confié à l'AFP que l'opposition avait "beaucoup de réserves" à l'égard de cette proposition et que ses représentants allaient en discuter dans la matinée. "Ce document a été une surprise. On ne s'y attendait pas", a-t-il reconnu.

Les représentants du gouvernement syrien présents à Genève n'ont pas voulu faire de commentaires mais une source proche de leur délégation a confirmé qu'ils avaient également reçu une copie du document.

Cinq séries de pourparlers indirects – les deux délégations refusant de se parler face-à-face – ont déjà été organisées depuis 2016 sur les bords du lac Léman par le médiateur de l'ONU, sans résultat. En six ans, la guerre a causé la mort de plus de 320 000 personnes, chassé plus de la moitié des Syriens de leur foyer et détruit l'économie et les infrastructures du pays.

Avec AFP
 

Première publication : 17/05/2017

  • SYRIE

    Washington accuse Damas d’avoir brûlé ses prisonniers dans un "crématorium"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : l'alliance arabo-kurde s'empare d'un verrou clé sur la route de Raqqa

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le russe Sergueï Lavrov vient chercher le soutien de Trump sur la Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)