Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Robert Pattison surprend dans "Good time" des frères Safdie

En savoir plus

FOCUS

Irak : Kirkouk, laboratoire du vivre ensemble

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Donald Trump : "ceci n'est pas un président"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Moralisation de la vie politique, la boîte de Pandore"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Mathieu Kassovitz, l'enfant terrible du cinéma français

En savoir plus

LE DÉBAT

Moralisation de la vie publique : la réforme est lancée

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise au Venezuela : le pays au bord du chaos?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Venezuela : le pays au bord de la guerre civile ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : "Les Proies", avec Nicole Kidman, sixième long métrage de Sofia Coppola

En savoir plus

Abandon des poursuites en Suède: Assange salue "une victoire importante"

© AFP | Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, réfugié à l'ambassade d'Equateur, le 19 mai 2017 à Londres

LONDRES (AFP) - 

Le fondateur de Wikileaks Julian Assange a salué vendredi, depuis le balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres, "une victoire importante" après l'abandon en Suède des poursuites pour viol à son encontre, sans indiquer s'il allait sortir de son refuge.

"Ce jour est une victoire importante pour moi et pour le système des droits de l'Homme de l'Onu", a lancé Assange, qui s'est réfugié il y a 5 ans à l'ambassade d'Equateur au Royaume-Uni pour échapper à une possible extradition.

Il a ajouté que ses avocats avaient contacté les autorités britanniques et qu'il espérait "un dialogue sur la meilleure façon d'avancer", ajoutant souhaiter "un dialogue avec le département de la Justice" américain.

Tendant le poing, devant une poignée de supporters, combatif, l'Australien de 45 ans, vêtu d'un blouson de cuir noir, a estimé que "la vraie bataille commence maintenant" à propos de son avenir, ajoutant que Wikileaks allait continuer ses activités.

Il a répété qu'il ne pouvait pas "oublier ni pardonner" d'avoir passé "sept années sans accusation pendant que mes enfants grandissaient sans moi", dont "deux assigné à résidence et cinq dans cette ambassade sans la lumière du soleil".

La police britannique s'est de son côté dite "obligée" d'arrêter Assange s'il sort de l'ambassade, parce qu'il a violé en 2012 les conditions de sa liberté sous caution au Royaume-Uni.

"Maintenant que les autorités suédoises ont abandonné leur enquête, M. Assange reste recherché pour un délit bien moins sérieux. La police londonienne fournira des moyens proportionnés à ce délit", indique un communiqué de la police.

Le fondateur de Wikileaks risque une peine allant de la simple amende jusqu'à un an de prison pour ces faits.

Visé par un mandat d'arrêt européen, Julian Assange avait trouvé refuge à l'ambassade d'Equateur à Londres le 19 juin 2012 et n'en est plus ressorti depuis.

Au départ, des policiers britanniques étaient postés en permanence devant l'ambassade. En octobre 2015, Scotland Yard a arrêté la surveillance physique 24h/24, critiquée pour son coût, pour la remplacer par d'autres mesures de contrôle.

L'affaire a connu vendredi un rebondissement spectaculaire avec l'abandon en Suède des poursuites pour viol contre Julian Assange.

L'Australien, qui s'est toujours défendu des accusations de viol, dénonçait une man?uvre pour le faire extrader vers les États-Unis, où il risque d'être poursuivi pour la publication de documents militaires et diplomatiques confidentiels.

Interrogé par l'AFP sur une possible extradition du Royaume-Uni vers les Etats-Unis, un porte-parole du Crown Prosecution Service britannique s'est borné à déclarer que "le gouvernement britannique ne confirme ni ne dément une demande d'extradition jusqu'à ce qu'une éventuelle arrestation ait lieu".

© 2017 AFP