Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Harry Potter a 20 ans ! Ses lecteurs sont toujours de grands enfants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Axel Bauer : trente ans de carrière en un best of

En savoir plus

FOCUS

Face à Trump, la gauche américaine se mobilise

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, reine de l'esquive"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Tourisme en Thaïlande : Bangkok veut monter en gamme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande, Macron, passage de témoin"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christian Prudhomme : "Le Tour de France est plus qu'une compétition cycliste"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Marie Cavada : "Sortons de la naïveté qui a permis aux nationalistes de prospérer"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Politique migratoire : une solution introuvable au niveau européen ?

En savoir plus

Fin du mouvement social de salariés des chantiers navals STX de Saint-Nazaire

© AFP/Archives | Chantiers navals STX le 4 janvier 2017 à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique)

SAINT-NAZAIRE (AFP) - 

Des salariés des chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), en conflit social avec leur direction pour réclamer une prime salariale, ont mis fin à leur mouvement social, a annoncé vendredi la CGT.

"Les grévistes du secteur Sud/usinage ont voté en assemblée générale la fin de leur mouvement et la reprise du travail lundi. Cela a été acté par l?ensemble des salariés présents en assemblée générale de différents secteurs", a indiqué la CGT navale dans un communiqué.

La CGT, première organisation syndicale du chantier naval avait réclamé auprès de la direction le versement d'une prime d'intéressement pour la construction du paquebot géant MSC Meraviglia, que STX France doit livrer à l'armateur italo-suisse MSC Croisières le 31 mai.

Ce mouvement social avait débuté le 10 avril et connu de nombreux débrayages. Soutenu par la CGT, le conflit s?était durci dans la nuit du 3 au 4 mai avec l'entrée en grève de la trentaine de salariés de l'atelier d'usinage du chantier naval, où sont découpées les pièces en acier pour les navires, paralysant par conséquent la production dans d'autres ateliers, à court de matières premières.

La direction de STX devrait à l'issu du conflit restituer des jours équivalents à des RTT, gelés depuis 2015 aux salariés.

"Les jeunes embauchés et les intérimaires n?en bénéficieront pas", regrette la CGT.

En parallèle, le groupe italien Fincantieri a signé vendredi un accord pour le rachat de 66,66% des chantiers navals de Saint-Nazaire à son actionnaire actuel STX Europe AS pour 79,5 millions d'euros, mais les négociations pour l'accord définitif avec l'Etat français sont encore en cours.

Celui-ci détient 33,3% du capital de STX France.

© 2017 AFP