Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Accord inédit sur la Libye

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elan de solidarité après les incendies dans le sud de la France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les rockers écolos de Midnight Oil reviennent après 15 ans de pause

En savoir plus

FOCUS

Kenya : les autorités affichent la fermeté face à la menace des Shebab

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Esplanade des Mosquées : "Israël commence à retirer les détecteurs de métaux"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Grèce de retour sur le marché obligataire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Destructeur", le feu ravage la Corse et le Sud-Est

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'absence remarquée de Macron à la conférence sur le sida

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

Le Maire promet de négocier des hausses de commandes pour GM&S

© AFP/Archives | Vue du site GM&S occupé par les salariés à La Souterraine (Creuse), le 13 mai 2017

PARIS (AFP) - 

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est engagé vendredi à déployer "tous les efforts nécessaires pour garantir l'accroissement des commandes" des constructeurs automobiles clients de l'équipementier en difficulté GM&S, menacé de liquidation judiciaire, selon un communiqué de Bercy.

M. Le Maire, qui s'est entretenu avec des représentants du personnel de GM&S à Bercy vendredi après-midi, a prévu d'informer l'intersyndicale de l'issue de ces discussions avec les constructeurs clients d'ici la décision du tribunal de commerce de Poitiers le 23 mai sur l'avenir du site de l'entreprise à La Souterraine, dans la Creuse, qui emploie environ 280 salariés.

La pérennité de l'activité de ce site "devra également s'accompagner d'une adaptation de l'entreprise aux conditions et standards de concurrence", est-il toutefois précisé dans le communiqué.

L'usine est occupée depuis le 11 mai par les salariés qui affirment l'avoir "piégée" avec des bonbonnes de gaz. Alors que l'entreprise est en redressement judiciaire depuis décembre, les salariés entendent faire pression sur PSA et Renault pour qu'ils s'engagent sur un volume de commandes suffisant et l'affectation de nouveaux marchés.

© 2017 AFP