Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Macron, président à poigne"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

Le Maire promet de négocier des hausses de commandes pour GM&S

© AFP/Archives | Vue du site GM&S occupé par les salariés à La Souterraine (Creuse), le 13 mai 2017

PARIS (AFP) - 

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est engagé vendredi à déployer "tous les efforts nécessaires pour garantir l'accroissement des commandes" des constructeurs automobiles clients de l'équipementier en difficulté GM&S, menacé de liquidation judiciaire, selon un communiqué de Bercy.

M. Le Maire, qui s'est entretenu avec des représentants du personnel de GM&S à Bercy vendredi après-midi, a prévu d'informer l'intersyndicale de l'issue de ces discussions avec les constructeurs clients d'ici la décision du tribunal de commerce de Poitiers le 23 mai sur l'avenir du site de l'entreprise à La Souterraine, dans la Creuse, qui emploie environ 280 salariés.

La pérennité de l'activité de ce site "devra également s'accompagner d'une adaptation de l'entreprise aux conditions et standards de concurrence", est-il toutefois précisé dans le communiqué.

L'usine est occupée depuis le 11 mai par les salariés qui affirment l'avoir "piégée" avec des bonbonnes de gaz. Alors que l'entreprise est en redressement judiciaire depuis décembre, les salariés entendent faire pression sur PSA et Renault pour qu'ils s'engagent sur un volume de commandes suffisant et l'affectation de nouveaux marchés.

© 2017 AFP