Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Macron, président à poigne"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

Un missile des rebelles yéménites "intercepté" près de Ryad

© AFP/Archives | Un soldat yéménite proche des rebelles chiites Houthis, le 16 mars 2017 dans les environs de Sanaa

RYAD (AFP) - 

Un missile balistique tiré par des rebelles yéménites a été abattu vendredi soir au sud-ouest de Ryad, à quelques heures de l'arrivée prévue du président américain Donald Trump dans la capitale saoudienne.

Les unités de la défense aérienne "ont intercepté un missile balistique qui a été lancé par les milices Houthis", et il est tombé dans une zone inhabitée située à 180 km au sud-ouest de Ryad, a annoncé la coalition militaire arabe sous commandement saoudien dans un communiqué.

La chaîne de télévision Al-Masirah, contrôlée par les Houthis, a confirmé sur twitter que les rebelles chiites "ont tiré un missile balistique Volcano-2 vers la capitale de l'Arabie saoudite". Dans d'autres tweets, la télévision indique que ce tir coïncide avec des frappes aériennes de la coalition contre la capitale yéménite Sanaa.

Le président américain est attendu samedi matin en Arabie saoudite, première étape d'une tournée diplomatique particulièrement dense - cinq pays en huit jours - qui doit l'emmener ensuite en Israël, dans les territoires palestiniens, au Vatican, à Bruxelles et en Sicile où il participera au sommet du G7. Il prononcera dimanche devant plus de 50 dirigeants de pays musulmans un discours sur l'islam.

L'Arabie saoudite, qui devrait finaliser une série d'accords avec les Etats-Unis sur des ventes d'armes pour plus de 100 milliards de dollars à l'occasion de la visite de Donald Trump, dispose de l'armée la mieux équipée du Moyen-Orient derrière Israël.

Le royaume sunnite, un des principaux acheteurs d'armes au monde, est l'un des partenaires clé des Etats-Unis dans la région, face à la République islamique d'Iran et dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

- Représailles -

Le missile intercepté vendredi soir a parcouru la plus longue distance jamais atteinte par les précédents tirés par les rebelles Houthis et leurs alliés vers le royaume sunnite, depuis que ceux-ci ont commencé à lancer des attaques de représailles il y a deux ans.

Quelques missiles balistiques et des fusées de courte portée, plus fréquentes, ont depuis été tirés vers le sud du pays, dans la zone frontalière séparant l'Arabie saoudite du Yémen, après des raids aériens de la coalition au Yémen.

La coalition militaire sous commandement saoudien intervient au Yémen en soutien au gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi.

La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales aux rebelles Houthis, alliés à des unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh. Les rebelles, accusés de liens avec l'Iran chiite, contrôlent la capitale Sanaa depuis 2014 et restent maîtres de vastes régions du pays.

Selon les Nations unies, les civils constituent la majorité des quelque 8.000 morts et 45.000 blessés du conflit depuis mars 2015.

Les effets indirects de la guerre sur les civils sont très lourds, selon l'ONU qui parle de 19 millions de personnes, soit 60% de la population, vivant en situation d'insécurité alimentaire.

L'ONU tente de relancer les efforts de paix mais sans perspective de reprise rapide des négociations entre les parties en conflit.

Sept trêves, négociées par l'ONU, ont volé en éclats depuis le début du conflit.

© 2017 AFP