Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

EUROPE

Pedro Sanchez reprend la tête du Parti socialiste espagnol

© Pierre-Philippe Marcou, AFP | Pedro Sanchez a été élu secrétaire général du parti socialiste espagnole dimanche 21 mai.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/05/2017

Pedro Sanchez, farouche opposant de Mariano Rajoy, a remporté dimanche les primaires du Parti socialiste espagnol et reprend la direction du parti. Un résultat menaçant pour le gouvernement de Mariano Rajoy.

Pedro Sanchez, farouchement opposé aux conservateurs qui gouvernent l'Espagne, a gagné dimanche 22 mai les primaires du Parti socialiste. En remportant avec 50 % des voix ce scrutin face à Susana Diaz, la candidate des barons du parti, Pedro Sanchez reprend la direction du mouvement et menace la stabilité du gouvernement minoritaire de Mariano Rajoy.

Déboulonné par la hiérarchie du parti en octobre dernier, Pedro Sanchez a réussi un retournement spectaculaire et séduit les militants en continuant à attaquer sans relâche Mariano Rajoy et son Parti Populaire (PP), secoué par des scandales de corruption.

"Le Parti socialiste va mener une opposition utile pour défendre la majorité qui est lasse de la corruption du PP et qui souffre de la précarité de l'emploi et des mesures d'austérité" des conservateurs", a-t-il déclaré aux militants en liesse.

Mariano Rajoy, qui dirige un gouvernement minoritaire depuis six mois, a réussi jusqu'à présent à faire passer plusieurs mesures avec l'aide du PSOE. Une opposition systématique du deuxième parti d'Espagne risque de le contraindre à retourner aux urnes avant la fin de son second mandat en 2020, selon les analystes. "Si Sanchez gagne, je m'attends à ce que d'ici à un an, un an et demi tout au plus, Rajoy convoque des élections anticipées", prévoyait avant le scrutin un ancien stratège du PSOE.

Alliance et défiance envers Podemos

Le PSOE est en perte de vitesse depuis des années,comme la plupart des partis sociaux-démocrates en Europe. En huit ans, il est tombé de 169 à 85 députés, perdant des voix au profit du nouveau parti de gauche radicale Podemos.

Pedro Sanchez était le seul candidat à envisager de travailler avec Podemos, comme le PSOE le fait déjà aux niveaux municipal et régional. Mais à l'instar des autres dirigeants socialistes, il se méfie de la formation de Pablo Iglesias qui vise ouvertement à supplanter le PSOE.

La décision des militants socialiste doit être entérinée dans un congrès du parti convoqué pour les 17 et 18 juin.

Avec AFP
 

Première publication : 22/05/2017

  • ESPAGNE

    Le Parlement espagnol vote l'exhumation des restes de Franco

    En savoir plus

  • FRANCE

    La police française récupère "près de 3,5 tonnes d'armes" d'ETA

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le Brexit ravive la discorde entre l'Espagne et le Royaume-Uni sur Gibraltar

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)