Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Maroc : Sit-in pour dénoncer les agressions sexuelles

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : en Angola, les "raptivistes" investissent le champ politique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les bonnes fréquences de "120 battements par minute"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quel statut pour les travailleurs détachés?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Lettre à un jeune Marocain"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Hollande à Macron : "Attention..."

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Samuel L. Jackson et Magic Johnson pris pour des migrants

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nouveau gouvernement au Gabon : deux membres de l'opposition font leur entrée

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle stratégie pour les États-Unis en Afghanistan ? (partie 2)

En savoir plus

Culture

Cannes : Roger Moore "était et restera mon James Bond"

© AFP archives | Roger Moore à Cannes avec l'actrice Barbara Bach pour la promotion de "L'espion qui m'aimait" en mai 1977.

Vidéo par FRANCE 3

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 24/05/2017

James Bond préféré de nombreux cinéphiles, l'acteur britannique Roger Moore est décédé à l'âge de 89 ans. Réactions sur la Croisette où, mardi, le Festival de Cannes célèbre officiellement son 70e édition anniversaire.

La pause-déjeuner vient à peine de se terminer sur la Croisette que les téléphones portables se mettent à vibrer. "Oh non ! Roger Moore est mort ! Quelle journée de merde…" En ce mardi 23 mai, jour choisi par le Festival pour célébrer officiellement sa 70e édition anniversaire, la nouvelle a un goût bien amer. L’histoire retiendra sûrement que l’acteur britannique, icône des années 1970 et 1980, est décédé ce même jour où Cannes réunissait le cinéma mondial pour une mythique photo de famille.

Le lien qui unissait Roger Moore au septième art tenait en trois chiffres : 007. Malgré une carrière riche – notamment à la télévision –, le comédien restera celui qui, de 1973 à 1985, incarna James Bond à l’écran. Pour beaucoup, il était même le meilleur de la saga. "Je suis inconsolable, lance Morgan Paupe, chef opérateur. Il était mon James Bond et restera mon James Bond. Son dernier, 'Dangereusement vôtre', avec Grace Jones, je l’ai vu au cinéma, j’avais 8 ans. Il représentait l’élégance et cette classe des années 1970-1980. Il avait tout : le standing, l’humour et des super gadgets. Quand j’étais petit, c’était un modèle pour moi."

"Après lui, ils ont galéré pour trouver le bon 007"

Sur la Croisette, nombreux sont ceux qui évoquent un héros de leurs jeunes années. "Il était une partie de mon enfance, affirme l’actrice et productrice britannique Andromeda Godfrey. Son James Bond était vraiment amusant. Je regrette cette époque où l’agent secret faisait encore preuve de cet humour taquin. C’est triste, même si ce n’est pas une tragédie comme l’attentat de Manchester."

"Il incarne, avec Sean Connery cette première génération des James Bond, celle de l’élégance teintée d’une certaine ironie, estime Thomas Baurez, critique cinéma pour France 24. [Roger Moore] était le seul James Bond à être célèbre avant de l’incarner. Dans les années 1970, il était déjà quelqu’un grâce à ses rôles dans les séries ‘Le Saint’ et ‘Amicalement vôtre’ qu’il jouait avec Tony Curtis. Après lui, ils ont galéré pour trouver le bon 007."

"Il était le parfait héros, affirme un couple de Français venus sur la Croisette en touriste. Il avait la classe, c’est un beau mec américain..." Américain ? Peu importe ! Avec ses allures de Lord, Roger Moore touchait au-delà du monde du cinéma. "C’était notre James Bond préféré, le vrai gentleman anglais, avoue un couple de Néerlandais, de passage à Cannes. Il avait une vraie classe, ne faisait pas scandale, il travaillait pour Unicef, il était aimé à travers le monde."

Première publication : 23/05/2017

  • CINÉMA

    Cannes, jour 6 : double ration de malaise sur la Croisette

    En savoir plus

  • CINÉMA

    Cannes, jour 5 : les intellos parisiens sont insupportables, ceux de New York aussi

    En savoir plus

  • CINÉMA

    Cannes, jour 4 : les batailles livrées et les guerres perdues des combattants d’Act Up

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)