Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

EUROPE

Dans les pubs de Manchester, le football et la fête comme défi au terrorisme

© Alcyone Wemaëre | Les Mancuniens étaient tous "United" pour la finale de la Ligue Europa malgré l'attentat qui a secoué la ville le 22 mai.

Texte par Alcyone WEMAËRE , envoyée spéciale à Manchester

Dernière modification : 25/05/2017

Deux jours après l'attentat meurtrier qui a frappé la ville, la victoire de Manchester United, mercredi soir, contre l'Ajax d'Amsterdam, avait davantage qu'un goût de football. Ambiance.

La fête comme un défi. Dans un centre-ville toujours interdit aux voitures et avec des policiers à tous les coins de rue, des supporters de Manchester United ont chanté et dansé, mercredi 24 mai, pour célébrer la victoire de leur club en finale de Ligue Europa.

Deux jours après l'attentat qui a coûté la vie à 22 personnes, principalement des enfants et des adolescents, à la sortie d'un concert dans la plus grande salle de la ville, l'enjeu de ce match contre l'Ajax d'Amsterdam n'est pas seulement sportif. "C'est important que la ville fasse de nouveau la fête après ce qui s'est passé", se félicite ainsi un étudiant de 19 ans croisé devant un pub du centre, à moins de dix minutes à pied de la Manchester Arena.

"Manchester ne cèdera jamais", relève de son côté un avocat de 31 ans, avant d'ajouter : "Vous savez, l'emblème de la ville, c'est une abeille. Une abeille travailleuse en souvenir du passé industriel de Manchester, mais aussi résistante."

"Fuck l'EI"

Sur les écrans de télévision, les diables rouges ont joué en bleu. Mais, dans le pub "Walkabout" plein à craquer comme tous les soirs de matches, c'est plutôt le maillot rouge qui était de sortie. Quelques détails rappellent cependant les circonstances particulières de la soirée : les deux vigiles à l'entrée du bar et, sur le comptoir, ce tronc avec un gros cœur rouge destiné à récolter de l'argent pour les familles des victimes.

Les circonstances, ce sont bien elles qui ont poussé Mike et Andy dans les bras l'un de l'autre à la mi-temps. En temps normal, ces deux-là ne s'adresseraient pas la parole. De leur propre aveu, ils seraient même capables d'en venir aux mains. C'est qu'ils sont "ennemis" : le premier soutient Manchester United, le second l'autre club de la ville, Manchester City. "Mais ce soir, le sujet ce n'est pas le football, c'est Manchester !", expliquent-ils à l'unisson en se faisant une accolade. "Le message c'est 'fuck l'organisation État islamique'", ajoute Mike dont deux connaissances ont perdu la vie dans l'attentat.

Après le coup de sifflet final et l'incontournable "We are the champions", la joie de voir l'équipe de Man U brandir le trophée est palpable dans le pub. "Manchester will survive !", lance un homme, les poings serrés.

Première publication : 25/05/2017

  • ROYAUME-UNI

    Manchester-Sud, l'improbable banlieue résidentielle au cœur de l'enquête

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Manchester endeuillée mais plus "united" que jamais

    En savoir plus

  • ATTENTAT DE MANCHESTER

    Attentat de Manchester : un frère et le père du kamikaze arrêtés en Libye

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)