Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Amériques

Brésil : face aux critiques, le président Temer retire ses troupes de Brasilia

© Evaristo Sa, AFP | Le président Michel Temer à Brasilia, jeudi 25 mai 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/05/2017

Après avoir reçu une pluie de critiques, le président brésilien a fait marche arrière, jeudi, et retiré l’armée de la capitale. Il l'avait déployée la veille contre les manifestants.

Son décret controversé n'aura pas tenu 24 heures : le président brésilien Michel Temer a retiré jeudi 25 mai les troupes déployées la veille pour contenir des manifestations violentes. Cette mesure extrême avait déclenché une pluie de critiques dans un pays encore marqué par les années de plomb de la dictature militaire (1964-1985).

Au total, 1 500 soldats avaient été déployés mercredi après-midi, en raison des heurts qui avaient éclaté lors d'une grande manifestation réclamant la démission du président accusé de corruption et la fin des mesures d'austérité promues par le gouvernement.

>> À lire également : L'armée déployée à Brasilia après de violentes manifestations contre Temer

"Nous n'avions pas d'autre alternative pour préserver la sécurité des fonctionnaires et empêcher la destruction du patrimoine. Il fallait mettre en terme à la barbarie", a affirmé jeudi le ministre de la Défense, Raul Jungmann, peu après le rappel des troupes.

Temer ne compte pas lâcher

Le président Temer, 76 ans, est en pleine tourmente depuis la semaine dernière, quand a été rendu public un enregistrement dans lequel il paraît donner son accord au versement de pots-de-vin. Des sources au palais présidentiel ont déclaré jeudi à l'AFP qu’il reste "ferme et manœuvre pour tenter de calmer la crise".

>> À lire aussi : Brésil : accusé de corruption, le président Michel Temer refuse de démissionner

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, Michel Temer a de nouveau défendu sa gestion. Malgré la tension de ces derniers jours, le Brésil "ne s'est pas arrêté et ne va pas s'arrêter", a-t-il déclaré.

Avec AFP

Première publication : 26/05/2017

  • BRÉSIL

    Cash, corruption et vidéos : vingt-quatre heures qui ont secoué le Brésil

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Brésil : mince répit pour le président Michel Temer

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    L'armée déployée à Brasilia après de violentes manifestations contre Temer

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)