Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fête de l'Aïd, à la rencontre des musulmans ivoiriens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Pape François s'engage pour lutter contre la pédophilie

En savoir plus

FOCUS

Vénézuela : à Caracas, certains quartiers vivent dans la nostalgie des années Chavez

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dans les coulisses du Studio Harcourt

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Finance verte : "Ce n'est pas un problème d'argent mais de projets"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne : la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise Grecque : 8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

ETATS-UNIS

Sommet du G7 : un baptême du feu pour Macron,Trump et May

© Emmanuel Dunand, AFP | Le président Emmanuel Macron participe à son premier sommet du G7, à l'instar de Donald Trump.

Vidéo par Sophie GUIGNON

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 26/05/2017

Pour le président français, Emmanuel Macron, et les dirigeants américain et britannique, ce premier sommet, depuis leur entrée en fonction, des grandes puissances industrialisées constitue un test majeur destiné à asseoir leur leadership.

Quoi de mieux qu’un sommet du G7 pour balayer les doutes et asseoir son leadership international. Le Français Emmanuel Macron, l’Américain Donald Trump, la Britannique Theresa May, mais aussi l’Italien Paolo Gentiloni, font souffler un vent nouveau cette année sur le sommet du G7, qui se déroulera à Taormina, en Sicile, le 26 et 27 mai.

Exit les François Hollande, Barack Obama, David Cameron et Matteo Renzi. Les quatre novices participent à leur première grand-messe qui réunit chaque année les grandes puissances industrialisées de la planète (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Canada, Italie et Grande-Bretagne).

>>> À lire : Trump s'attend à des discussions "énergiques" pour son premier G7

D’un point de vue personnel, les dirigeants français, américain, britannique et italien, qui savent que leurs moindres faits et gestes seront très épiés, auront à cœur de ne pas manquer leur entrée dans la cour des grands, où un vaste éventail de sujets internationaux, allant du terrorisme aux questions climatiques et de libre-échange les attend.

Après un premier round qui l’a vu participer au sommet de l'Otan, l’enjeu est surtout de taille pour le président français, dont les premiers pas sur la scène internationale ont été jugés positifs par les médias.

Macron doit "se montrer à la hauteur"

Apparu très à son aise lors de ses précédents rendez-vous internationaux, Emmanuel Macron séduit. Il ne lui reste plus qu’à convaincre. "Le défi pour le président est de montrer à ses homologues qu’il n’est pas arrivé à ce poste par hasard, qu’il est compétent et à la hauteur des enjeux internationaux, analyse Gauthier Rybinski, spécialiste des questions internationales à France24. Pour l’instant, il bénéficie encore de l’effet de charme qui lui confèrent sa prestance et son profil de jeune homme brillant, en revanche il se doit de muscler le contenu de ses propos et clarifier ses positions, car il ne peut tout miser uniquement sur l’apparence face à de vieux briscards de la politique".

En Sicile, Emmanuel Macron devrait s’appuyer sur sa complicité naissante avec la chancelière allemande, Angela Merkel, pour avancer sur des dossiers cruciaux comme le climat et la crise de migrants. Le chef de l’État "n'a pas beaucoup d'expérience en matière de politique étrangère mais il écoute et apprend vite, soulignait récemment un diplomate français cité par Reuters. Il a réussi à bouleverser la politique française comme jamais. Il a un instinct politique qui sera important au niveau international."

Trump risque l’isolement

La donne est différente du côté de Donald Trump. "Le président américain a l’habitude, de par son passé de businessman, que personne ne lui résiste lorsqu’il dicte les règles, sauf qu’au G7, il aura face à lui des dirigeants qui sont à même de défendre les intérêts de leur pays, et c’est toute la difficulté pour lui de s’adapter à ce principe de réalité", décrypte Gauthier Rybinski.

Et malgré la stature de superpuissance de son pays, qu’il tente bien que mal d’incarner, parfois de manière physique, le président américain risque justement l’isolement, de par ses promesses de campagne sur deux questions essentielles que sont le commerce et le climat.

"Donald Trump prône le protectionnisme, quitte à bousculer les principes édictés par l’OMC, qui arbitrent les échanges internationaux et menace d’un autre côté, en ce qui concerne le climat, de retirer son pays des accords de Paris sur le réchauffement climatique", explique Natalia Mendoza, envoyée spéciale au sommet du G7. Autant de sujets de frictions annoncés et de bourdes potentielles pour ce bal de débutants très particulier.

Quant à Theresa May, qui écourtera sa présence au G7 en raison de l'attentat meurtrier survenu à Manchester, elle devrait exhorter les grandes puissances à accroître la lutte contre l'expansion de la propagande terroriste sur Internet.
 

Première publication : 26/05/2017

  • ETATS-UNIS

    Proche-Orient, Europe : la tournée à hauts risques de Donald Trump

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Sicile : Trump s'attend à des discussions "énergiques" pour son premier G7

    En savoir plus

  • Revue de presse internationale

    "Taormine sous haute protection"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)