Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Moyen-Orient

Paris accusé de sous-traiter l'élimination des jihadistes français de Mossoul

© Capture écran France 24

Vidéo par Wassim NASR

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/05/2017

Le Wall Street Journal affirme dans une enquête, publiée lundi, que les forces spéciales françaises chassent les jihadistes français de l'EI à Mossoul, en Irak, et sous-traitent leur "élimination" à l'armée irakienne. Décryptage.

Dans une enquête menée en Irak, le Wall Street Journal révèle, lundi 29 mai, que les forces spéciales françaises présentes à Mossoul traquent les jihadistes français de l’organisation de l’État islamique (EI) et délèguent leur "élimination" à l’armée irakienne – ce que les responsables français comme irakiens nient farouchement.

Pourtant, des précédents existent : en Syrie, au moins huit cas d’assassinats ciblés sont documentés, d’après des informations américaines, explique Wassim Nasr, journaliste de France 24 et spécialiste des mouvements jihadistes.

Flou judiciaire

Cette question reste taboue en France, où l’État ne communique pas. Une problématique délicate, gérée de manière différente en fonction des puissances occidentales : "D’un côté, les Américains, et depuis quelques mois les Britanniques, n’hésitent pas à dire qu’ils ciblent nommément leurs ressortissants jihadistes ; et de l’autre, les Français affirment qu’ils ne ciblent pas des personnes, mais des lieux", précise le journaliste.

Or ces lieux ciblés peuvent potentiellement abriter des jihadistes français. "La seule fois où la France a communiqué, elle a expliqué avoir tué un jihadiste français qui se trouvait dans un entrepôt d’armes, mais il n’était pas lui-même visé", explique Wassim Nasr. Pourtant le Royaume-Uni et la France ont aboli la peine de mort. "Cela pose beaucoup de problèmes car on est dans une zone de flou judiciaire, dans une zone de guerre. Les familles des jihadistes pourraient très bien demander des comptes à l’État français", indique le journaliste.

Première publication : 30/05/2017

  • IRAK

    Irak : plus de 20 morts et une centaine de blessés dans deux attentats à Bagdad

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    À l'occasion du ramadan, une nouvelle série TV saoudienne sur le groupe État islamique

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Attentat de Manchester : nouvelles arrestations, 14 personnes en garde à vue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)