Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali: 160 pompiers tentent de sauver le marché de Bamako

En savoir plus

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FOCUS

Sénatoriale dans l’Alabama : une élection qui divise sur fond de pédophilie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'OMC sous la pression des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Laurent Wauquiez, adroit ou à droite?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

Afrique

Tensions dans le Rif : "Le Maroc fait face à un désespoir social et économique"

© Capture d'écran France 24 | Aboubakr Jamaï, professeur en relations internationales, sur le plateau de France 24.

Vidéo par Raphaël KAHANE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/06/2017

Trois jours après l'arrestation du leader de la contestation Nasser Zefzafi, la tension ne faiblit pas dans le nord du Maroc. Aboubakr Jamaï, professeur en relations internationales, analyse les raisons de cette colère.

La colère gronde dans le nord du Maroc. Trois jours après l'arrestation du leader de la contestation Nasser Zefzafi, des milliers de manifestants ont défié les autorités à Al-Hoceïma, dans la nuit de mardi à mercredi, pour demander sa libération.

Des explications sur la nature de ces tensions avec Aboubakr Jamaï, professeur à l'Institut américain universitaire à Aix-en-Provence, invité sur France 24.

>> À lire sur France 24 : Nasser Zefzafi, le visage de la gronde nord-marocaine

Première publication : 31/05/2017

  • MAROC

    Nasser Zefzafi, le visage de la gronde nord-marocaine

    En savoir plus

  • MAROC

    Manifestation réprimée et arrestations à Al-Hoceïma au Maroc

    En savoir plus

  • MAROC

    Maroc : Mohammed VI forme un nouveau gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)