Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Scène de liesse à Harare après la démission de Robert Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

Amériques

Climat : entre colère et consternation, le monde réagit à l'annonce de Donald Trump

© Paul J. Richards, AFP | Des manifestants se sont rassemblés devant la Maison Blanche dans la soirée de jeudi 1er juin 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/06/2017

Politiques, chefs d'entreprises, dirigeants étrangers : les réactions internationales se sont multipliées, jeudi soir, après l'annonce de Donald Trump sur le retrait américain de l'Accord de Paris.

Après l’annonce par Donald Trump du retrait des États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat, les réactions internationales ont fusé, entre stupeur, colère et effarement.

>> À lire sur France 24 : "Donald Trump retire les États-Unis de l'Accord de Paris"

La réponse des Européens, tranchante, ne s'est pas fait attendre : s'ils "regrettent" cette décision, Berlin, Paris et Rome ont souligné, dans un communiqué commun, que l'Accord ne pouvait en aucun cas être renégocié.

Trump et l'accord de Paris : "Déception" des Nations unies

Jugeant que Donald Trump avait commis "une erreur" pour les intérêts de son pays et "une faute" pour l'avenir de la planète, le nouveau président français Emmanuel Macron a appelé les "scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés" américains à venir travailler en France "sur des solutions concrètes pour le climat".

>> À lire sur France 24 : "Macron paraphrase Trump : 'Make our planet great again!' "

La chancelière allemande Angela Merkel a "regretté" cette initiative. Le Premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen a déploré une "triste journée pour le monde".

La façade de l'Hôtel de Ville de Paris a été éclairée en vert pour manifester la désapprobation de Paris à l'égard de cette décision, et rappeler "la détermination des villes à appliquer l'Accord de Paris".

Barack Obama a amèrement regretté cet arbitrage de son prédécesseur, jugeant que les pays qui restent dans l'Accord de Paris "seront ceux qui en récolteront les bénéfices en matière d’emplois [:] J'estime que les États-Unis devraient se trouver à l'avant-garde. Mais même en l'absence de leadership américain ; même si cette administration se joint à une petite poignée de pays qui rejettent l’avenir ; je suis certain que nos États, villes et entreprises seront à la hauteur et en feront encore plus pour protéger notre planète pour les générations futures."

Un revers pour le leadership américain

Des villes et des États américains puissants comme la Californie ou New York ont justement rapidement annoncé qu'ils ne se sentaient pas liés par la décision de Donald Trump.

>> À lire sur Mashable : "Tout n'est pas perdu, les villes et les États américains comptent se battre pour l'écologie et l'Accord de Paris"

De même, de nombreuses figures du monde économique ont fait part de leur déception, et ont insisté sur l'urgence d'agir face au réchauffement. Le patron de GE, Jeff Immelt, s'est dit "déçu". "Le changement climatique est une réalité. L'industrie doit montrer l'exemple et ne pas être dépendante du gouvernement".

Elon Musk, le très médiatique PDG du constructeur de voitures électriques Tesla et ardent défenseur des énergies renouvelables, a immédiatement annoncé qu'il quittait les différents cénacles de grands patrons conseillant Donald Trump. "Le changement climatique est réel. Quitter 'Paris' n'est pas bon pour l'Amérique et le monde", a-t-il tweeté.

Lloyd Blankfein, le PDG de la banque d'affaires Goldman Sachs dont l'ancien numéro 2 est devenu un conseiller influent de Donald Trump, a jugé que le retrait des États-Unis était un "revers" pour l'environnement et "pour le leadership des États-Unis dans le monde".

Dans la soirée, quelques centaines de personnes se sont rassemblées devant la Maison Blanche pour dire leur colère. "Il ne comprend pas la science, il va nous faire revenir plusieurs années en arrière", tempêtait Rebecca Regan-Sachs, 34 ans, brandissant un panneau sur lequel on pouvait lire : "Message au reste du monde: nous sommes désolés, la plupart d'entre nous ont voté contre cet idiot."

Avec AFP

Première publication : 02/06/2017

  • CLIMAT

    Emmanuel Macron refuse toute renégociation de l'Accord de Paris sur le climat

    En savoir plus

  • CLIMAT

    Donald Trump retire les États-Unis de l'Accord de Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)