Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

EUROPE

Leo Varadkar, le futur nouveau Premier ministre irlandais qui casse les codes

© Paulo Nunes dos Santos, AFP | Leo Varadkar célébrant sa victoire vendredi 2 juin, à Dublin.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/06/2017

À 38 ans, Leo Varadkar a été désigné, vendredi, chef du parti irlandais Fine Gael, formation de centre droit. Jeune, métis et homosexuel, ce médecin d'origine indienne deviendra officiellement le Premier ministre irlandais dans dix jours.

La prochaine arrivée au pouvoir de Leo Varadkar témoigne des profonds changements qui ont bouleversé la société irlandaise depuis deux décennies. Jeune, homosexuel et métis, il a été élu, vendredi 2 juin, à la tête du parti de centre-droit Fine Gael et endossera dans dix jours le rôle de Premier ministre irlandais.

Fils d'un immigré indien et d'une Irlandaise, ce médecin de 38 ans est devenu en 2015 le premier membre d'un gouvernement irlandais en activité à déclarer son homosexualité, lors d'une interview radio.

Une ascension fulgurante

Lorsqu'il deviendra Premier ministre le 12 juin, Leo Varadkar sera à la fois le chef de gouvernement le plus jeune de l'histoire du pays, le premier à avoir un père d'origine étrangère et le premier à être ouvertement gay.

Une révolution en Irlande où l'avortement reste interdit, sauf si la vie de la mère est en danger, où l'homosexualité n'a été décriminalisée qu'en 1993 et où le divorce n'a été autorisé que deux ans plus tard.

Leo Varadkar refuse cependant d'être réduit à ce rôle de pionnier. "Je ne suis pas un homme politique moitié indien ou gay ou un médecin. Ce sont juste des aspects qui font ce que je suis. Mais aucun de ces termes ne me définit en tant que tel", expliquait-il au moment de son coming-out.

Élu député en 2007 avant d'occuper plusieurs postes de ministre, Leo Varadkar a connu une ascension météorique. Né d'un père médecin originaire de Bombay et d'une mère infirmière, il a grandi avec ses deux sœurs aînées à Dublin.

Nouvel élan

Médecin généraliste, il attrape rapidement le virus de la politique, devenant conseiller municipal à 25 ans avant de faire son entrée au parlement en 2007 avant même de devenir trentenaire.

Entré au gouvernement en 2011, il a détenu les portefeuilles des Transports, du Tourisme et des Sports, puis de la Santé et enfin de la Protection sociale.

En 2015, il a fait campagne en faveur du mariage entre partenaires du même sexe, et d'un assouplissement des lois sur l'avortement, tout en défendant, comme la majorité du Fine Gael, des mesures d'austérité économique.

Premier ministre, il ne devrait pas déroger à cette politique de rigueur. Mais son arrivée au pouvoir, riche en symboles, propulse la démocratie irlandaise dans une nouvelle dimension, résolument moderne. Il pourrait profiter de cet élan pour convoquer de nouvelles élections législatives afin de tenter de renforcer la représentation de son parti au gouvernement.

Avec AFP

Première publication : 02/06/2017

  • IRLANDE

    Référendum : le mariage homosexuel approuvé par les Irlandais

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Législatives en Irlande : le Premier ministre concède la défaite de sa coalition

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    L’Irlande affiche un taux de croissance de 26 % auquel personne ne croit

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)