Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

FRANCE

La plaisanterie de Macron sur les migrants comoriens passe mal

© Damien Meyer, pool, AFP | Emmanuel Macron en compagnie de Jean-Yves Le Drian à Étel, dans le Morbihan, jeudi 1er juin.

Texte par Romain HOUEIX

Dernière modification : 03/06/2017

Une plaisanterie d'Emmanuel Macron au sujet des bateaux "kwassa-kwassa", qui ne serviraient pas à la pêche mais à l'immigration des Comoriens, suscite de vives réactions sur les réseaux sociaux depuis sa diffusion vendredi.

Le bon mot d'Emmanuel Macron sur les "kwassa-kwassa", ces frêles embarcations comoriennes, fait polémique. Une vidéo diffusée vendredi 3 juin sur TMC montre le chef de l'État en train d'échanger avec des officiels, lors d'une visite la veille au Centre régional de surveillance et de sauvetage atlantique (Cross) d'Étel (Morbihan). L'un d'entre eux évoque différents types d'embarcations : "Il y a des tapouilles et des kwassa-kwassa". "Ah non, c'est à Mayotte, le kwassa-kwassa", relève alors Emmanuel Macron. "Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c'est différent", plaisante-t-il.

Les kwassa-kwassa sont régulièrement utilisés par des migrants de l'archipel indépendant des Comores pour gagner Mayotte, devenu le 101e département français en 2011. Des décès sont à déplorer chaque année à la suite de naufrages de ces embarcations.

>> À voir aussi : Mayotte la Française, dans l'impasse face à l'afflux des migrants comoriens

Une polémique dont s'emparent les politiques

"Ce n'est pas parce qu'on dit que c'était pour rire qu'on n'a rien dit", a déclaré à l'AFP le chef de file de LR pour les législatives, François Baroin. "C'était évidemment choquant, encore plus quand on est président", a-t-il jugé, en marge d'un déplacement en Corse.

"Si Sarkozy président avait prononcé cette phrase face caméra, le tollé aurait été gigantesque. 'Du' comorien. 12 000 morts. Et là... insensé", a réagi l'ex-ministre écologiste Cécile Duflot, sur Twitter.

"Nous qui sommes les 'exagérés', nous ne faisons pas de plaisanteries sur les morts en mer. À Marseille, nous avons fait une minute de silence", a rappelé Jean-Luc Mélenchon sur le réseau social à l'oiseau bleu.

"Président du groupe d'amitié France-Union des Comores de l'Assemblée nationale, j'invite Emmanuel Macron à régler les problèmes locaux plutôt qu'à en rire", a déclaré le député PS de Seine-Saint-Denis Daniel Goldberg, sur le même réseau social.

Avec AFP

Première publication : 03/06/2017

  • FRANCE

    La France accusée de fermer les yeux sur la "chasse aux étrangers" à Mayotte

    En savoir plus

  • FRANCE

    Intox : non, Macron ne veut pas "rétablir la charia à Mayotte"

    En savoir plus

  • COP21

    Le quotidien d'un délégué comorien pendant la COP21

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)