Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

Amériques

Brésil : le destin du président Temer entre les mains de la justice électorale

© Nelson Almeida, AFP | Michel Temer à Sao Paulo, le 30 mai dernier.

Vidéo par Nolwenn HERVÉ

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/06/2017

Fragilisé par de graves accusations de corruption, le président brésilien, Michel Temer, affronte à partir de mardi un procès à haut risque, avec la reprise d'un jugement du Tribunal supérieur électoral qui pourrait le chasser du pouvoir.

Le Tribunal supérieur électoral (TSE) du Brésil juge à partir de mardi 6 juin des irrégularités dans le financement de la campagne présidentielle de 2014 conduite par Dilma Rousseff. Une procédure qui pourrait déboucher sur une annulation du scrutin et obliger son ancien vice-président et actuel chef de l'État, Michel Temer, à abandonner son poste.

Les sept juges du TSE peuvent en effet décider d'annuler purement et simplement le scrutin présidentiel de 2014 qui avait vu l'élection de Dilma Rousseff à la présidence et Michel Temer à la vice-présidence. Ce dernier avait accédé à la fonction suprême il y a un an, après la destitution fracassante de Dilma Rousseff pour maquillage des comptes publics.

En cas d'invalidation de l'élection de 2014, la cour devra déterminer si Temer abandonne le pouvoir immédiatement ou s'il peut rester au palais de Planalto, dans la capitale Brasilia, jusqu'à l'épuisement des recours devant ce même TSE et la Cour suprême.

Dans les deux cas, le Brésil va traverser une période d'incertitude accrue.

Le procès, dont la première séance commence mardi à 19 h locales (22H00 GMT) porte sur des irrégularités dans le financement de la campagne présidentielle de 2014.

Le mandat de Michel Temer ne tient qu'à un fil

La procédure pourrait être prolongée de plusieurs semaines, selon les analystes et les experts du code électoral consultés par l'AFP.

Le mandat de Michel Temer ne tient qu'à un fil depuis la révélation, à la mi-mai, d'un enregistrement sonore compromettant dans lequel il semble donner son accord pour acheter le silence d'un ex-député aujourd'hui en prison.

Depuis, les appels à la démission se sont multipliés, un grand nombre de motions de destitution ont été déposées, mais la plupart des observateurs s'attendent à ce que le destin de ce président hautement impopulaire soit scellé par la décision du TSE, dont le verdict pourrait tomber dès jeudi.

Ce procès a formellement débuté le 4 avril, mais a aussitôt été interrompu pour laisser plus de temps à la défense et citer des témoins en lien avec le réseau de corruption du géant pétrolier Petrobras qui aurait financé la campagne de Dilma Rousseff et Michel Temer.

Ancien conseilller en détention provisoire

Mais depuis, l'étau s'est considérablement resserré sur le président actuel, visé par une enquête de la Cour suprême pour corruption passive et entrave à la justice liée à l'enregistrement compromettant qui a plongé le pays dans une grave crise institutionnelle.

Samedi, l'un de ses proches conseillers, Rodrigo Rocha Loures, filmé en train de recevoir une valise de billets et soupçonné d'être un intermédiaire dans cette affaire de pots-de-vin, a été placé en détention provisoire.

S'il décide de passer aux aveux, de nouvelles révélations explosives pourraient rendre la position du président Temer encore plus insoutenable.

Avec AFP
 

Première publication : 06/06/2017

  • BRÉSIL

    Brésil : face aux critiques, le président Temer retire ses troupes de Brasilia

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Cash, corruption et vidéos : vingt-quatre heures qui ont secoué le Brésil

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Brésil : le président Temer enregistré donnant son accord à des pots-de-vin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)