Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la "flat tax" sur les revenus du capital adoptée à l'Assemblée

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Centrales nucléaires : opérations démantèlement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la mobilisation contre la réforme du travail s'essouffle

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : nouveaux affrontements entre opposants et policiers

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'art de perdre, d'Alice Zeniter

En savoir plus

Economie

Apple s’expose à faire les frais de la nouvelle loi cybersécurité en Chine

© Fred Dufour, AFP | 20 employés d'Apple en Chine ont été arrétés pour trafic de données personnelles.

Texte par Romain HOUEIX

Dernière modification : 08/06/2017

En Chine, vingt-deux personnes, dont 20 employés d'Apple, ont été arrêtées dans le cadre d'une enquête sur le trafic de données personnelles. Le géant américain est le premier à s'exposer à la nouvelle loi de cybersécurité.

La police chinoise a révélé jeudi 8 juin avoir procédé à l'arrestation à 22 personnes, dont 20 employés locaux d'Apple, dans le cadre d'une grande enquête nationale sur le trafic de données personnelles de clients du géant américain.

Les suspects sont poursuivis pour atteinte à la vie privée et vol ou recel de données personnelles. Ils sont soupçonnés d'avoir abusé de leur statut d'employé de la firme de Cupertino pour recueillir, entre autres les noms, les numéros de téléphone et les identifiants de compte de clients, pour ensuite les revendre. Ce trafic aurait généré au total près de 50 millions de yuans (soit 6,5 millions d'euros) de revenus, selon la police locale de la province du Zhejiang, dans l'ouest du pays.

Ces données sont critiques pour les utilisateurs, puisqu'une personne mal intentionnée peut notamment bloquer l'appareil Apple à distance et ainsi réclamer une rançon pour le déblocage. Elle peut également accéder au cloud [système de stockage de données à distance] et piller photos, vidéos ou documents du client.

Les enquêteurs n'ont pas précisé si les données volées appartenaient à des clients chinois ou étrangers de la marque à la pomme.

>> À lire sur France 24 : "Chine : des données personnelles vendues pour quelques yuans sur le marché noir"

Le trafic de données personnelles est chose courante en Chine et les informations revendues au marché noir peu onéreuses. Dans ce cas précis, le communiqué de la police révèle que les employés facturaient entre 10 et 180 yuans (1,30 et 23,50 euros) chaque lot de données vendu.

La nouvelle loi de cybersécurité à l'épreuve

Les autorités chinoises affirment vouloir lutter contre ce phénomène. C'est d'ailleurs l'une des raisons mises en avant pour la création de la loi de cybersécurité promulguée le 1er juin. Apple pourrait faire les frais de la nouvelle législation avec cette affaire.

En effet, comme le rappelle le spécialiste de la propriété intellectuelle chinoise, Liu Chunquan, dans les colonnes du Wall Street Journal, les entreprises installées en Chine n'étaient jusqu'ici pas responsable des agissements malveillants de leurs employés. La nouvelle loi change la donne : une entreprise peut désormais être condamnée si les autorités estiment que son système de protection interne des données est en cause dans les fuites de données.

"Avec la nouvelle loi, Apple, en tant qu'entreprise, s’expose à davantage de risques légaux qu'auparavant", résume Liu Chunquan. En vertu de la nouvelle loi, l'entreprise à la pomme pourrait encourir une amende allant jusqu'à 10 fois les montants incriminés, soit 500 millions de yuan (65,6 millions d'euros)

>> À lire sur France 24 : "Le New York Times, victime collatérale des ambitions chinoises d'Apple"

Adopté en novembre 2016, la nouvelle loi de cybersécurité irrite particulièrement les entreprises étrangères. Elle oblige les opérateurs d'infrastructures dites "critiques" à stocker en Chine les données personnelles de leurs utilisateurs ou à faire contrôler leur matériel informatique en fournissant leur code source aux autorités. Pour les analystes interrogés par le Financial Times, le caractère "extrêmement flou" et la portée "exceptionnellement large" de la loi sont susceptibles de rendre les sociétés étrangères plus vulnérables sur le territoire chinois, voire même d’exposer les multinationales à l’espionnage industriel au profit des entreprises locales.

Première publication : 08/06/2017

  • CHINE

    Chine : un militant arrêté, deux disparus dans une usine de chaussures d'Ivanka Trump

    En savoir plus

  • CHINE

    La "route de la soie" moderne : un pari chinois à près de 1 000 milliards de dollars

    En savoir plus

  • CHINE

    La Chine s’attaque à Wikipedia et lance sa propre encyclopédie en ligne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)