Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le football américain défie Donald Trump genou à terre

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tchadiens bientôt privés de sol américain

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ?

En savoir plus

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

Moyen-Orient

Infographie : les batailles à venir contre l'EI en Irak et en Syrie

© Delil Souleiman, AFP | Des troupes américaines patrouillent près du village d'Ain Issa, dans le nord de la Syrie, le 3 juin 2017.

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par Rémi CARLIER

Dernière modification : 09/06/2017

Alors que le siège de Raqqa vient de commencer, les accrochages se multiplient dans le sud-est de la Syrie entre forces loyalistes et rebelles soutenus par les Américains, qui craignent la mise en place d'un "axe chiite" dans la région.

Kobané, Mossoul, et maintenant Raqqa… À mesure que l’organisation État islamique (EI) perd du terrain sur tous les fronts en Syrie et en Irak, experts et observateurs militaires commencent à envisager la suite des opérations. Le conflit en Syrie, qui dure depuis 2011, n'est pas près de connaître une baisse d'intensité. Le long de la frontière irakienne, les grandes puissances belligérantes ont entamé une course contre la montre pour s’assurer le contrôle des territoires à mesure qu’ils sont repris à l'EI.

>> À lire : Violents combats à Raqqa entre forces arabo-kurdes et jihadistes

© Atelier graphique France 24

Deir ez-Zor, le prochain siège

C’est sur le front de l’Est que la bataille s'est déplacée. Après sa victoire à Alep et le cessez-le-feu à l’Ouest, dans la province d’Idleb, l’armée loyaliste, soutenue par la Russie, l’Iran et le Hezbollah libanais, se déploie dans ces plaines désertiques riches en hydrocarbures. Elle a enregistré une nouvelle victoire contre l’EI à Palmyre, début mars, et pousse depuis vers Deir ez-Zor, place forte des jihadistes dans la vallée de l’Euphrate, où une dernière garnison loyaliste résiste encore.

>> À (re)lire : L'EI lance une offensive majeure contre Deir ez-Zor

Al-Tanaf au cœur de la rivalité entre États-Unis et Syrie

Plus au sud, l’armée syrienne, appuyée par des milices chiites, pousse depuis Damas et le massif du djebel druze, le long de la frontière jordanienne, dans la région de la Badia, contrôlée par l’Armée syrienne libre (ASL). Direction : le poste-frontière stratégique d’Al-Tanaf, à 250 km de Damas, conquis par les rebelles en mars 2016. Là, les Américains et les Britanniques disposent d’une base pour leurs forces spéciales, et entraînent les combattants de l’ASL. Autour d’Al-Tanaf, la coalition a institué une "zone de désescalade" d’un rayon de 55 kilomètres, prévue par l’accord d’Astana du 4 mai.

Une zone où sont entrés les forces prorégime le 18 mai, repoussées immédiatement par une frappe aérienne américaine qui, selon le géographe spécialiste de la Syrie Fabrice Balanche, constitue un "tournant décisif dans la guerre". Le 6 juin, la coalition bombarde à nouveau un groupe d’une soixantaine d’hommes "bien avancés" à l’intérieur de la zone. "La coalition ne cherche pas à combattre le régime syrien ou les forces prorégime, mais nous restons prêts à nous défendre contre toute menace", déclare alors le colonel Ryan Dillon, porte-parole militaire de l'alliance menée par les États-Unis. Selon le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, ces forces prorégime sont sans doute "dirigées par l'Iran".

>> À lire : La frappe américaine contre les forces pro-régime complique les pourparlers

L'"axe chiite" iranien dans le viseur de Washington

Plus qu'une base d’opérations avancée, la zone d’Al-Tanaf est un carrefour crucial pour Washington, qui craint l'établissement d'un "axe chiite" allant de l’Iran à la Méditerranée, à travers l’Irak, la Syrie, jusqu’au sud du Liban contrôlé par le Hezbollah. C’est aussi un secteur important pour le régime syrien, qui entend contrôler l'autoroute Damas-Bagdad et ainsi faire à la fois la liaison avec les forces alliées se trouvant en Irak, et empêcher les rebelles pro-occidentaux de remonter par le sud, vers la province de Damas.

>> À lire : Washington a commencé à livrer des armes aux combattants kurdes en Syrie

Rivalités dans la vallée de l'Euphrate

Dans le même temps, à la faveur du déclin de l’EI, les rebelles basés à Al-Tanaf comptent eux aussi pousser à l’Est, selon les observateurs, vers la vallée de l’Euphrate et la ville d’Abukamal. De quoi mettre en péril la reconquête de Deir ez-Zor et sa région par l’armée syrienne, qui prévoit de faire la jonction avec les Forces de mobilisation populaire, des milices chiites irakiennes alliées, en route depuis le sud de Sinjar et proches de la frontière syrienne. L'offensive de Mossoul terminée, ces milices encadrées par l'Iran entreraient donc sur le territoire syrien à la faveur de la lutte contre l'EI.

>> À lire : "Le Journal de Myriam", la guerre en Syrie à hauteur d'enfant

Première publication : 09/06/2017

  • SYRIE

    Syrie : violents combats à Raqqa entre forces arabo-kurdes et jihadistes

    En savoir plus

  • SYRIE

    Washington a commencé à livrer des armes aux combattants kurdes en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Le Journal de Myriam", la guerre en Syrie à hauteur d'enfant

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)