Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'interview de Mohammed Ben Salmane au New York Times crée la polémique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat dans le Sinaï en Egypte : au moins 235 morts dans l'attaque

En savoir plus

TECH 24

Energy Observer, le premier catamaran propulsé à l'hydrogène

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ibrahim Maalouf : "Je me sens proche du côté nomade de Dalida"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : en Syrie, avec les combattants occidentaux qui ont rejoint les YPG

En savoir plus

FOCUS

Violences sexuelles : les femmes décidées à ne plus se taire

En savoir plus

MODE

Azzedine Alaïa, disparition d'un géant

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Ianis Guerrero

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 09/06/2017

"Contre l'état d'urgence permanent"

© Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse française du vendredi 9 juin, la polémique autour de l'avant-projet de loi sur la lutte contre le terrorisme en France. Les quotidiens s'inquiètent d'une pérennisation de l’état d'urgence et d'une menace pour les libertés individuelles. À deux jours des législatives, la presse titre sur le "big bang" annoncé de la vague La République En Marche à l'Assemblée...

C’est le journal Le Monde qui révèle cet avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure. Le texte confirme le pouvoir des préfets et de la police au détriment du juge "maintenu à l’écart" des assignations à résidence, des perquisitions administratives ou encore des fermetures des lieux de culte. Libération s'insurge. "Contre l’état d’urgence permanent", titre le journal de gauche, dénonçant la mise à mal des libertés individuelles. Le président Macron aurait ainsi trahit le candidat Macron, lui qui promettait de sortir de cette situation hors norme. L’état d’urgence est un piège politique, résume Le Monde. En effet, la transposition dans le droit commun de mesures techniques dont l’opinion publique ne se préoccupe guère ne rendrait pas celle-ci plus indulgente envers le pouvoir, si un attentat survenait après le premier novembre…

À deux jours des législatives en France, la large victoire de la République en Marche ne fait guère de doute. C’est un "big bang" en perspective à l’Assemblée nationale, titre Les Échos. Le journal économique se prépare "à la vague En Marche". Selon les derniers sondages, le parti d'Emmanuel Macron recueillerait au premier tour 30% des intentions de vote - de quoi lui assurer 370 à 400 députés dans l’hémicycle. Le président devrait donc avoir les "coudées franches" pour mettre en œuvre ses réformes, à commencer par celle du droit du travail. Pour L’Opinion, ces législatives sont le dernier acte du "dégagisme". Partout, les routiers de l’Assemblée nationale sont en grande difficulté, d’autres par dizaines ont jeté l’éponge, poursuit le journal libéral.

Mais une telle majorité absolue de la République en Marche n’est pas sans poser de questions. L’Opinion met en garde contre "les affres d’une majorité trop large" et le risque de voir venir "une armée de godillots, aux ordres d’un président qui a vécu de trop près l’épisode des frondeurs pour le laisser se reproduire". Le journal rappelle aussi que plus une majorité est large, plus elle a de chances de se fractionner. Quand, en 1815, l’hémicycle avait été rempli à 80% de royalistes, cela lui avait valu le surnom de "chambre introuvable". Elle a été dissoute un an après.

Autre question posée par cette large victoire : que va devenir l’opposition? La Croix prédit "un fractionnement inévitable de l’opposition au président". Or "une démocratie, pour bien fonctionner face à la majorité, doit être capable de se faire entendre à l’intérieur des institutions". Deux risques doivent être conjurés : ceux "d’un pouvoir enivré par l’absence d’obstacles parlementaires" et d’une "majorité trop large pour être durablement cohérente".

 

Par Sandrine GOMES

Les archives

24/11/2017 Revue de presse internationale

Au Zimbabwe, "la tâche peu enviable de Mnangagwa"

Au menu de la revue de presse internationale, ce vendredi 24 novembre, les défis qui attendent le nouveau président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa, mais aussi l'accord de...

En savoir plus

24/11/2017 Revue de presse française

"Dix viols par jour au travail : on fait quoi ?"

Au menu de cette revue de presse française, vendredi 24 novembre, l'urgence à agir à la veille de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes...

En savoir plus

23/11/2017 Revue de presse internationale

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 23 novembre, la condamnation de Ratko Mladic, l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie à la prison à perpétuité, pour...

En savoir plus

23/11/2017 Revue de presse française

"Le manque de 'culture financière' des Français"

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 23 novembre, l'avertissement de la Commission européenne à la France, qui se voit toujours reprocher le niveau de son déficit...

En savoir plus

22/11/2017 Revue de presse internationale

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 22 novembre, la démission du président du Zimbabwe Robert Mugabe. Le retour au Liban du Premier ministre démissionnaire...

En savoir plus