Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte : "Dire la vérité est un acte citoyen"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

G5 Sahel : l’ONU prête à s’engager auprès des forces africaines dans la lutte antiterroriste ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Indépendance du Kurdistan : le rêve brisé ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

Blogs

E3 : Microsoft dévoile la Xbox One X, une nouvelle console qui mise uniquement sur la puissance

© Robyn Beck, AFP | La nouvelle console Xbox One X de Microsoft veut être la Mercedes des consoles de jeux vidéo.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 12/06/2017

La nouvelle console de Microsoft, la Xbox One X, a été présentée comme la star du salon du jeu vidéo de Los Angeles, l'E3. Mais elle n'a, pour elle, qu'un seul véritable argument de poids : elle est la plus puissante... du moment.

"La console la plus puissante au monde". Microsoft a choisi de mettre en avant les muscles de sa dernière machine à jouer, la Xbox One X, pour tenter de l'imposer dans le cœur des joueurs. Le géant américain espère ainsi donner un coup de vieux à la Playstation 4, sa principale concurrente, et faire de cette nouvelle console la star de l'édition 2017 de l'E3, le gigantesque salon du jeu vidéo qui se déroule à Los Angeles jusqu'au 16 juin.

>> À lire sur Mashable.fr : Microsoft révèle sa Xbox One X et un catalogue de sorties solide (à défaut d'être original)

L'argument date un peu. Le combat pour le lucratif marché du jeu vidéo (près de 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires) s'est toujours – à l'exception notable de Nintendo – résumé à une course à qui a la plus grosse. Cette insistance à vouloir avoir le processeur ("moteur" de la console) le plus rapide et la qualité graphique la plus impressionnante, a pu s'expliquer par le passé. Les performances des consoles étaient très loin d'égaler celles des ordinateurs et chaque amélioration pouvait faire une réelle différence aux yeux des joueurs.

Innovations tous azimuts

Mais la donne a changé. La grande majorité des joueurs ne disposent pas d'un téléviseur suffisamment puissant pour donner à la Xbox One X sa pleine mesure. L'un des principaux arguments de vente de la console est qu'elle permet de profiter à plein de la qualité graphique des écrans 4K (l'ultra haute définition). Seul problème : un peu plus de 20 % des foyers aux États-Unis ont un tel téléviseur.

Pour les consommateurs, la Xbox One X revient donc à une sorte de double peine financière : il faut payer pour la console (environ 500 dollars) et investir dans un écran adapté (environ 1 000 euros pour un modèle convenable).

À une époque d'innovation tous azimuts, cette insistance sur la puissance dénote aussi d'un manque d'imagination de la part du constructeur. La Xbox One X donne l'impression qu'au royaume des jeux rien ne change sauf le nombre de pixels à l'écran. C'est évidemment faux. Le secteur est en pleine réflexion technologique : il s'interroge sur la place à donner à la réalité virtuelle, à la réalité augmentée, à la dématérialisation des jeux et à tant d'autres tendances.

L'absence de référence à toutes ces mutations est d'autant plus frustrante que Microsoft avait promis l'an dernier que sa console allait donner le "la" en matière de réalité virtuelle et augmentée. Il se peut que d'autres annonces suivent dans les semaines ou mois à venir (la console ne sort qu'en novembre prochain), mais en attendant, elle ne semble pas avoir les deux pieds dans le futur. C'est à peine si elle les a dans le présent.

Conservateur

Difficile de comprendre la frilosité du constructeur américain sans évoquer le lancement calamiteux de la Xbox One en 2013. À l'époque, Microsoft avait courageusement enfilé les vêtements de précurseur : sa console n'était plus simplement une machine à jouer. Grâce aux capteurs du dispositif Kinect, il était possible, d'un simple geste, d'une seule parole, de passer du jeu vidéo à la télévision et aux multiples applications qui pouvaient être installées sur la Xbox One. Microsoft avait alors décidé de dépeindre sa console comme une machine à tout faire capable de séduire aussi bien le grand public que le joueur.

Mais le "gamer" est conservateur. Sony l'avait compris et avait sauté sur l'occasion de présenter sa Playstation 4 comme la console "pour les joueurs". L'argument avait fait mouche et la PS4 avait, dès le départ, bénéficié d'un bien meilleur bouche-à-oreille que la Xbox One.

Xbox échaudée craint donc la douche froide. Microsoft ne veut pas mettre la charrue des innovations technologiques avant les jeux. Mais là, encore, l'époque a évolué. Le succès de la Nintendo Switch a deux raisons : un jeu hors norme (Legend of Zelda : Breath of the Wild) et un sens de l'innovation intelligente (être à la fois une console de salon et une console portable). Pourtant, cette console est loin d'être la plus puissante du marché. Peut-être qu'une part grandissante des joueurs a fini par dépasser le stade où la simple vue d'un Call of Duty avec plus de pixels suffisait à son bonheur.

Première publication : 12/06/2017

  • CENTENAIRE 14-18

    "Battlefield 1 n’est pas un jeu sur la Première Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    Sony lance son casque de réalité virtuelle Playstation VR

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    E3 : Xbox, Ubisoft et Sony dévoilent leurs cartouches vidéoludiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)