Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La finance verte peut-elle (vraiment) aider la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'exploration du monde, c'est la nature humaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : 160 pompiers tentent de sauver le marché de Bamako

En savoir plus

FRANCE

Écrasé aux législatives, le Parti socialiste "doit se réinventer"

© Geoffroy Van der Hasselt, AFP | Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, rue de Solférino, à Paris, le 11 juin 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/06/2017

Le Parti socialiste, qui contrôlait la moitié de l'Assemblée sortante, s'effondre dès le premier tour des législatives et devrait recueillir avec ses alliés de 15 à 40 sièges, soit encore moins que les 57 de la débâcle de 1993.

Entre la large majorité de La République en marche dès le premier tour et l'abstention record, le Parti socialiste a été balayé aux élections législatives, dimanche 11 juin. Une défaite sans précédent qui devrait lui laisser, avec ses apparentés, entre 15 et 40 sièges à l'Assemblée, soit moins qu'en 1993, où 57 députés PS avaient franchi les portes du Palais Bourbon.

Depuis le siège du parti, le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis a reconnu un "recul sans précédent de la gauche dans son ensemble et notamment du Parti socialiste", un échec qui vient après la "lourde défaite de la présidentielle", où Benoît Hamon avait obtenu 6,3% des suffrages, loin derrière La France insoumise (19,6%).

>> À lire : Benoît Hamon est loin de la "remontada" tant espérée

"Le tourbillon était trop puissant (...) les deux scrutins étaient beaucoup trop rapprochés pour permettre un véritable sursaut", a déploré Jean-Christophe Cambadélis, lui-même éliminé dès le premier tour dans la 16e circonscription de Paris, devancé par le secrétaire d'État Mounir Mahjoubi (LREM) et la secrétaire nationale du Parti de gauche Sarah Legrain (LFI).

D'autres socialistes de premier plan ont échoué, tels Benoît Hamon (à 80 voix près), les anciens ministres Matthias Fekl et Christian Eckert, le député des Bouches-du-Rhône Patrick Mennucci (devancé par Jean-Luc Mélenchon), les numéros deux et trois du PS Guillaume Bachelay et Christophe Borgel, les lieutenants de Martine Aubry François Lamy et Jean-Marc Germain. Présent dimanche soir au siège du parti, rue de Solférino, le journaliste de France 24 Karim Yahiaoui décrivait une "ambiance de fin de règne, très morose".

L'ancien ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, qui n'avait pas de concurrent LREM, sort en revanche en tête dans la Sarthe (30,3%), devant le candidat LR. Également qualifiés, le chef de file des frondeurs, Christian Paul, le président du groupe PS à l'Assemblée Olivier Faure, et l'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem, pour qui la partie sera néanmoins difficile. "Ceux qui ont une chance d'être élus la semaine prochaine, ce sont eux qui n'avaient pas de candidats En Marche ! contre eux dans leur circonscription", précise la politologue Anne Jadot sur France 24.

>> À lire : les têtes d'affiches qui se qualifient… et celles qui sont battue

"Je ne crois pas que la gauche puisse mourir dans ce pays", relativise sur France 24 Stéphane Troussel, président PS du conseil départemental de Seine-Saint-Denis. Qualifiant Emmanuel Macron de "centre-droit, libéral" au vu des premières mesures sur l'éducation, le code du travail et l'action économique, il affirme que "la gauche doit se réinventer" pour y faire face. Dans la droite ligne des propos de l'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve, qui soulignait pendant la campagne la nécessité de "rebâtir la gauche de gouvernement sur des bases saines et rénovées".

Benoit Hamon a, de son côté, promis de participer quoi qu'il arrive à la refondation de la gauche, et doit lancer le 1er juillet son mouvement transpartisan. Mais lundi matin, il ne semblait pas remis de la douche froide...

 >> À lire : Benoît Hamon lance un mouvement de gauche "transpartisan"

Avec AFP

Première publication : 12/06/2017

  • FRANCE

    Législatives 2017 : "match plié" mais pas de "Macron-mania"

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES 2017

    Législatives 2017 : La République en marche écrase les partis traditionnels

    En savoir plus

  • ÉDITO

    Législatives : les (nombreux) élus En Marche ! pourront dire "Merci M. Le Président !"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)