Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Le revirement de Donald Trump sur la question des enfants migrants séparés de leurs parents

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Taxes américaines sur l'acier : les mesures de rétorsion de l'UE entreront en vigueur le 22 juin

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée, une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

FOCUS

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 13/06/2017

"Theresa May, que la farce soit avec toi"

© France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 13 juin, les difficultés de Theresa May, après la perte de la majorité absolue au Parlement, des arrestations de manifestants en Russie, et le séjour agité de Donald Trump à la Maison-Blanche.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale au Royaume-Uni, où Theresa May se retrouve fragilisée par la perte de sa majorité absolue au Parlement, après les législatives anticipées de la semaine dernière.
 
«C’est moi qui nous ai mis dans ce pétrin, c’est moi qui vais nous en sortir», a promis hier la Première ministre britannique à ses camarades conservateurs, pas mal remontés face aux conséquences de sa décision de convoquer ces élections anticipées. Une déclaration à la une du Independent, qui explique que ce qui est encore et toujours en jeu, c’est la stratégie à adopter pour sortir de l’UE. Si les conservateurs semblent prêts à faire preuve de mansuétude envers Theresa May, il en va en revanche tout autrement du Daily Mirror, qui titre: «Que la farce soit avec vous», photo de la chef du gouvernement en princesse Leïa, macarons compris, à l’appui. Le tabloïd, qui parle de «chaos» au sein de l’exécutif, s’émeut notamment de la confusion qui règne selon lui autour du Brexit. Une sortie de l’UE sur laquelle conservateurs et travaillistes se seraient mis d’accord pour qu’elle se déroule de façon moins brutale que ce que Theresa May disait souhaiter jusqu’à présent, selon The Independent. Ce qui signifierait, par exemple, que le Royaume-Uni baisse le ton sur la réduction de l’immigration, en échange d’un meilleur accord sur les affaires et l’économie.
 
Pour le moment, en tout cas, aucune nouvelle position officielle n’a été présentée. Outre les débats internes aux conservateurs, les discussions en cours avec le parti unioniste nord-irlandais, le DUP, pour former une majorité traînent en longueur et pourraient elle-même modifier le contenu du programme de Theresa May - ce qui a entraîné, également, le report du discours de la Reine, d’après The Sun, qui rappelle une particularité de ce discours supposé définir chaque année le programme du gouvernement. Le fait que ce texte, écrit jadis sur un parchemin en peau de chèvre, est désormais rédigé sur un papier au filigrane rappelant la peau de chèvre (si,si) - un précieux bout de papier que la reine Elizabeth II est appelée à lire au Parlement en robe d’apparat, couronne, sceptre «et tout le tralala», comme dit Libération. La reine Elizabeth est sommée de patienter, le temps que Theresa May et ses amis se mettent d’accord - à voir pour terminer avec le dessin de Morland pour The Times, qui montre la Première ministre en plein atelier découpage: «J’ai juste besoin d’enlever les passages impopulaires», explique Theresa May, qui ajoute qu’il se pourrait qu’elle ait besoin d’une semaine supplémentaire.
 
Un mot, à présent, des manifestations qui ont eu lieu, hier, dans des dizaines de villes, en Russie, à l’occasion d’une nouvelle journée de mobilisation contre la corruption du pouvoir. Cette nuit, l’opposant et candidat à la présidentielle Alexeï Navalny, a été interpellé, plusieurs centaines de ses partisans l’ayant été dans les heures qui ont précédé – notamment à Moscou, selon Kommersant, qui rapporte que des dizaines de manifestants ont été arrêtés dans la capitale, à proximité du Kremlin, rue Tverskaïa, où se tenaient des animations historiques et où l’autorisation de manifester n’avait pas été accordée, d’après le quotidien russe, qui mentionne la présence, dans ces manifestations, de nombreux jeunes participants. Avant les manifestations de lundi, l'équipe d'Alexeï Navalny ainsi que l'ONG Human Rights Watch avaient d’ailleurs dénoncé des pressions de la part des universités et des écoles pour dissuader les jeunes de manifester, avec parfois des menaces d'exclusion.
 
La Maison-Blanche a quant à elle condamné «avec force» ces interpellations et réclamé la «libération immédiate» des manifestants. Son porte-parole a déclaré que «les Russes méritent un gouvernement qui soutienne la possibilité d'exercer leurs droits sans crainte ni représailles». Sean Spicer n’a pas souhaité commenter, en revanche, les rumeurs concernant le procureur spécial en charge de l’enquête sur l’ingérence russe dans la campagne américaine, Robert Mueller. D’après The New York Times, qui cite «un ami très proche de Donald Trump», le président américain serait en train de réfléchir à la possibilité de renvoyer l’ancien directeur du FBI. Un geste «politiquement explosif» s’il était mis à exécution, selon le journal, qui rappelle le tollé suscité par le «renvoi brutal» du dernier directeur du FBI, James Comey – un renvoi qui a nourri les accusations d’obstruction à la justice » portées contre le président américain.
 
Donald Trump qui enfin réuni hier son cabinet au grand complet. D’après Vanity Fair, la réunion a donné lieu à un moment passablement surréaliste, au cours duquel les membres de son équipe se seraient fendus d’une série de compliments que n’aurait pas renié un Komintern, certains qualifiant leur patron de meilleur dirigeant de l’Histoire, avec peut-être, Franklin Delano Roosevelt, d’autres déclarant que c’est une « bénédiction de pouvoir le servir»,  le tout en présence du patron, que ces dithyrambes énamourés ne semblaient pas surprendre le moins du monde, Donald se contentant de remercier ses collaborateurs du bout des lèvres, lui-même n’étant pas du tout mécontent de ses débuts. «Jamais un président, à quelques exceptions près, n’a fait davantage de choses», sous-entendu «en si peu de temps», a-t-il ajouté.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/06/2018 Hélène FRADE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

Dans la presse, ce mercredi 20 juin, la décision des États-Unis de quitter le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Un plaidoyer en faveur des migrants et des réfugiés. Les...

En savoir plus

20/06/2018 Hélène FRADE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

A la une de la presse, ce mercredi 20 juin, la journée mondiale des réfugiés, dont le nombre atteint un niveau inédit depuis la Seconde guerre mondiale – en plein essor des...

En savoir plus

19/06/2018 Hélène FRADE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

Dans la presse, ce mardi 19 juin, le tollé provoqué par le durcissement de la politique migratoire de l’Administration Trump. Les restes dictateur Franco bientôt exhumés à Valle...

En savoir plus

19/06/2018 Hélène FRADE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

A la Une de la presse, ce mardi 19 juin, les réactions au durcissement de la politique migratoire aux Etats-Unis, où près de 2000 enfants se retrouvent séparés de leurs parents...

En savoir plus

18/06/2018 Hélène FRADE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

A la une de la presse, ce lundi 18 juin, la victoire du candidat de la droite à la présidentielle en Colombie. Des enfants de sans-papiers séparés de leurs parents aux...

En savoir plus