Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 14/06/2017

"Emmanuel Macron, sur un fil, entre le Maroc et l'Algérie"

© France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 14 juin, la visite d’Emmanuel Macron au Maroc, sa rencontre avec Theresa May. La menace djihadiste aux Philippines. Et les cinquante ans de la décision autorisant les mariages interraciaux aux Etats-Unis.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de cette revue de presse internationale, la visite, aujourd’hui et demain, d’Emmanuel Macron au Maroc, «une visite personnelle à l’invitation du roi pour une première prise de contact », selon l’Elysée.
 
Ces précisions et autres précautions de langage sont destinées à préserver ce que Le Monde présente comme le «délicat jeu d’équilibre» entre le Maroc et l’Algérie - chaque initiative étant systématiquement commentée et interprétée, à Alger comme à Rabat. Le journal rappelle qu’après leur élection, Nicolas Sarkozy comme François Hollande, s’étaient d’abord rendus à Alger – un usage avec lequel Emmanuel Macron aurait choisir de  rompre – tout en prenant grand soin de «ménager l’extrême susceptibilité algérienne». Sa visite au Maroc se fera sans membres du gouvernement ni délégation d’hommes d’affaires, et sans rencontre, non plus, avec des représentants de la société civile, relève le Monde, alors même que la contestation contre la corruption et les abus de l’administration, partie de la région du Rif, a gagné la capitale, Rabat, où près 10 000 personnes ont manifesté dimanche. Lors de sa rencontre avec Mohammed VI, Emmanuel Macron devrait aborder, en revanche, la question de la coopération  sécuritaire et judiciaire, qui a repris il y a deux ans, la lutte contre les djihadistes du Sahel et la crise diplomatique au Proche-Orient, le roi du Maroc ayant adopté une position «similaire» à celle de la France dans ce dossier, consistant à proposer sa médiation pour parvenir à un compromis entre l’Arabie saoudite et le Qatar.
Emmanuel Macron qui a rencontré, hier, la Première ministre britannique Theresa May. Toujours selon Le Monde, tous deux ont évoqué, là encore, la lutte contre le terrorisme, le président français annonçant «un plan d’action» conjoint et «très concret» dans ce domaine, quelques jours après les attentats de Londres et de Manchester - un plan qui vise notamment, selon lui, «à renforcer les engagements et les obligations des opérateurs en ligne (pour) supprimer les contenus qui promeuvent dans tous types de médias la haine et le terrorisme». La lutte contre le terrorisme qu’Emmanuel Macron a aussi annoncé vouloir poursuivre en faisant inscrire l’état d’urgence dans le droit commun, ce qui signifie que les principales mesures de ce régime d'exception - reconduit quatre fois depuis les attentats de novembre 2015 -, dont les assignations à résidence et les perquisitions administratives, entreront dans la loi ordinaire. Une décision étrillée par une partie de la presse outre-Atlantique, d’après Le Figaro, qui rapporte que The New York Times s’est ému, en début de semaine, de la mise en place d’un dispositif «qui légaliserait de façon permanente l'état d'urgence décrété par François Hollande». Dans une tribune intitulée «les pouvoirs sans entrave d’Emmanuel Macron», le quotidien américain faisait s'insurgeait également contre l'absence de contrôle judiciaire: «L'absence d'un rôle pour le judiciaire qui pourrait contrôler le pouvoir général de l'exécutif est troublante».
 
Aux Philippines, la montée en puissance de l’engagement américain témoigne de la crainte de voir le groupe Etat islamique établir un nouveau front en Asie du Sud-Est. Depuis deux semaines, Manille est en guerre contre l'organisation dans le sud de l’archipel, où le groupe Maute, qui s’en réclame, s'est emparé d’une partie de Marawi, une ville de plus de 200 000 habitants, sur l’île de Mindanao. «La menace que fait planer le groupe Etat islamique sur Mindanao est réelle», s’alarme The Philippine Star, qui fustige la façon dont le président Rodrigo Duterte a malmené, jusque-là, l’allié américain. «Les Etats-Unis, rappelle le journal, sont le seul pays à fournir une assistance militaire aux Philippines. Pur affronter la menace djihadiste, le pays va devoir accepter toutes les mains qui lui sont tendues». Quant aux soutiens du groupe Maute, le journal s’interroge, comme le montre un dessin où l’on voit une main anonyme armer les combattants. Si le président philippin a ouvertement désigné le chef de l'organisation Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, cette affirmation est néanmoins nuancée par certains experts, qui évoquent  un soutien financier et idéologique de l'EI, mais pas encore un appui officiel à la création d’une nouvelle province du califat auto-proclamé.
 
Tout autre chose, pour terminer. Un peu d’amour dans ce monde de brutes, avec The New York Times, qui commémore cette semaine les 50 ans de l’autorisation des mariages interraciaux aux Etats-Unis - ça s’est passé le 12 juin 1967, très précisément, au terme du long combat mené par les époux Loving – ça ne s’invente pas.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

17/10/2017 Revue de presse internationale

"Je suis Daphne"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 17 octobre, la mort, hier, d’une journaliste d’investigation maltaise, tuée dans l’explosion de sa voiture. Les incendies...

En savoir plus

17/10/2017 Revue de presse française

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 17 octobre, la mobilisation, notamment sur les réseaux sociaux, contre les harcèlements et les agressions dont sont victimes les...

En savoir plus

16/10/2017 Revue de presse internationale

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 16 octobre, la victoire aux législatives autrichiennes des conservateurs, emmenés par le jeune Sebastian Kurz, 31 ans. Mais...

En savoir plus

16/10/2017 Revue de presse française

"Le président parle dans le téléviseur"

Au menu de cette revue de presse française, lundi 16 octobre, les réactions à la première interview télé d’Emmanuel Macron depuis son élection, mais aussi le succès du hastag...

En savoir plus

13/10/2017 Pollution

"Le pari du Paris sans voitures"

Dans la revue de presse française de ce vendredi 13 octobre : Paris veut éradiquer les voitures, pourquoi la maladie de Lyme progresse en France, et des soupçons de corruption...

En savoir plus