Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : en Angola, les "raptivistes" investissent le champ politique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les bonnes fréquences de "120 battements par minute"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quel statut pour les travailleurs détachés?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Lettre à un jeune Marocain"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Hollande à Macron : "Attention..."

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Samuel L. Jackson et Magic Johnson pris pour des migrants

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nouveau gouvernement au Gabon : deux membres de l'opposition font leur entrée

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle stratégie pour les États-Unis en Afghanistan ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle stratégie pour les États-Unis en Afghanistan ? (partie 1)

En savoir plus

Moyen-Orient

Le chef de la diplomatie turque au Qatar : "la crise doit absolument être surmontée"

© Karim Jaafar, AFP | À Doha, la capitale qatarie, un portrait de l'émir cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, le 11 juin 2017.

Vidéo par Philomène REMY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/06/2017

Alors qu'une grave crise oppose le Qatar à l'Arabie saoudite, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, s'est rendu mercredi à Doha, où il a rencontré son allié, l'émir cheikh Tamim ben Hamad al-Thani.

La Turquie au chevet du Qatar. Les efforts visant à trouver une solution diplomatique à la crise dans le golfe Persique se sont intensifiés, mercredi 14 juin, avec la visite du chef de la diplomatie turque au à Doha.

Mevlut Cavusoglu, ministre des Affaires étrangères d'un des plus puissants alliés du Qatar, s'est entretenu avec l'émir cheikh Tamim ben Hamad al-Thani et avec son homologue cheikh Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani. La crise "doit absolument être surmontée", a déclaré le chef de la diplomatie turque à l'agence progouvernementale Anadolu, à l'issue de ces rencontres. Elle "doit être surmontée par le dialogue et la paix. La Turquie y apportera sa contribution".

Selon Anadolu, Mevlut Cavusoglu devrait ensuite se rendre jeudi au Koweït, qui tente, lui aussi, de dénouer la crise, puis en Arabie saoudite vendredi pour y rencontrer le roi Salmane. Le royaume saoudien "a la capacité de résoudre la crise en tant que (...) grand frère de la région et acteur majeur", a déclaré mercredi le porte-parole de la présidence turque.

Un contrat d'avions de combat avec les États-Unis

En parallèle, mercredi, le ministre américain de la Défense James Mattis et son homologue qatari Khalid Al-Attiyah ont conclu un accord de 12 milliards de dollars pour la vente d'avions de combat F-15, a annoncé le Pentagone. "La vente de 12 milliards de dollars va donner au Qatar une technologie de pointe et augmenter la coopération sécuritaire (...) entre les États-Unis et le Qatar", a affirmé le ministère de la Défense dans un communiqué.

Riyad et ses alliés ont rompu leurs liens diplomatiques le 5 juin avec le Qatar. Ils accusent ce pays de soutenir le terrorisme et de se rapprocher de l'Iran chiite, rival régional du royaume saoudien sunnite. Ils ont interdit leurs espaces aériens à ce pays et imposé des restrictions au commerce et au déplacement des personnes, l'Arabie saoudite fermant sa frontière terrestre avec le Qatar. Doha a fermement rejeté les allégations de ses voisins.

>> À lire sur France 24 : "Qatar vs Arabie saoudite : les raisons d'une rupture diplomatique"

Le secrétaire général de l'ONU António Guterres a exprimé à ce sujet mercredi son "plein soutien aux efforts du Koweït pour une désescalade des tensions et la promotion d'un dialogue efficace", selon son porte-parole. À Genève, le haut-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU s'est dit mercredi "alarmé" par les conséquences de l'isolement diplomatique du Qatar.

De son côté, le président français Emmanuel Macron a annoncé mercredi qu'il poursuivait ses efforts diplomatiques pour une "désescalade" dans la crise du Golfe. Lors d'une conférence de presse à Rabat à l'issue d'une visite au roi du Maroc, le président français a déclaré qu'il rencontrerait un "dirigeant des Emirats arabes unis, lequel sera la semaine prochaine à Paris" et qu'il "reparlera(it) avec l'émir du Qatar". Précisant ses propos, l'Élysée a d'abord évoqué des rencontres prochaines à Paris avec l'émir du Qatar et avec le prince héritier d'Abu Dhabi, avant de rectifier en indiquant que "rien n'était confirmé".

Avec AFP

 

Première publication : 15/06/2017

  • QATAR

    Blocus au Qatar : Amnesty met en garde contre une pénurie alimentaire

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Crise dans le Golfe : nouvelles pressions sur le Qatar

    En savoir plus

  • Le débat

    Crise dans le Golfe : quelles conséquences ? (partie 2)

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)