Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

FRANCE

Affaire Grégory : l'incroyable rebondissement 32 ans après les faits

© AFP | Le corps de Grégory avait été retrouvé pieds et poings liés dans la rivière de son village des Vosges.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/06/2017

Trois personnes, proches de la famille, ont été interpellées mercredi, plus de trente ans après la découverte dans une rivière du corps du petit garçon. Un rebondissement qui relance l'une des affaires judiciaires les plus connues de France.

C’est un fait divers que personne n’a oublié. Le 16 octobre 1984, le corps de Grégory, quatre ans, était retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne, la rivière de son village. Le lendemain, le père du petit garçon recevait une lettre anonyme : "J'espère que tu mourras de chagrin, le chef. Ce n'est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils. Voilà ma vengeance", disait le corbeau dans ce courrier posté le jour du crime.

Trente-deux ans après les faits, l’une des grandes énigmes judiciaires de ces dernières décennies est-elle en passe d’être résolue ? Les enquêteurs sont extrêmement prudents mais mercredi 14 juin, trois personnes, des proches de la famille, ont été interpellées dans les Vosges, a annoncé le parquet général de Dijon. Les interpellations, "qui visent des personnes très proches du coeur de l’affaire, ont pour but d’éclaircir certains points et d’apporter des réponses à des questions posées, parfois de longue date, par des zones d’ombre de la procédure", indique le parquet dans un communiqué sans autre précision.

Selon une source proche de l'enquête, les gardés à vue sont Marcel Jacob, l'oncle du père de Grégory, Jean-Marie Villemin, et sa femme Jacqueline, ainsi que Ginette Villemin, veuve de Michel Villemin qui était le frère de Jean-Marie et l’oncle de l’enfant. Les parents de Jean-Marie Villemin sont en outre entendus comme simples témoins en raison de leur grand âge, a-t-on précisé de même source. Selon le journal L’Est républicain, les personnes en garde à vue seraient soupçonnées des faits de complicité d’assassinat, non-dénonciation de crime, non-assistance à personne en danger et abstention volontaire d’empêcher un crime. Les garde à vue peuvent se prolonger jusqu’à vendredi matin.

"Un pas grandissime"

L’avocat des parents de Grégory, Jean-Marie et Christine Villemin, est ressorti optimiste du bureau de la présidente de la chambre de l’instruction de Dijon, Claire Barbier, qui l’a reçu dans l’après-midi. "Je suis très, très confiant quant à l’issue car, sur le chemin de la vérité, on a fait un pas grandissime", a dit à Reuters Me Thierry Mozer.

Le parquet présente les interpellations comme l’aboutissement d’un "travail d’analyse criminelle très approfondi" mené par le service central de renseignement criminel de la gendarmerie pour reconstituer "dans l’espace et dans le temps l’ensemble des témoins et des éléments intéressants apparus dans la procédure" les jours précédant et suivant la commission du crime.

Des documents privés ont également été exploités, l’ensemble de ce travail permettant de "recueillir ou de confirmer des éléments, dont certains avaient déjà attiré l’attention des enquêteurs et des magistrats dans le passé", ajoute le parquet. Ni les analyses ADN, ni l'expertise de la voix du "corbeau" qui harcelait les parents et avait évoqué le crime dans un appel téléphonique n'ont en revanche permis de faire avancer le dossier. Bernard Laroche, un parent, avait été mis en examen pour le meurtre, puis libéré, en raison d'erreurs de procédure notamment. Il a été abattu par le père de l'enfant avant que la mère, Christine Villemin, soit elle-même poursuivie. La cour d'appel de Dijon l'a finalement innocentée en 1993.

La piste exploitée mercredi fera-t-elle éclater la vérité ? Le dossier a déjà été rouvert par deux fois, en 2000 et 2008, pour réaliser des analyses ADN de pièce du dossier, expertises qui se sont révélées infructueuses mais ont permis, à chaque fois, de relancer le délai de prescription.

Avec Reuters

Première publication : 15/06/2017

  • JUSTICE

    Affaire Grégory Villemin : trois personnes de la famille en garde à vue

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Grégory : les dernières analyses ADN se révèlent infructueuses

    En savoir plus

  • FRANCE

    La découverte de traces ADN pourrait relancer "l'affaire Grégory"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)