Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

FRANCE

Législatives françaises : La République en marche remporte la majorité absolue

© Studio graphique FMM | La composition de la nouvelle Assemblée nationale.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/06/2017

La République en marche, le parti lancé il y a moins d'un an par Emmanuel Macron, a obtenu dimanche soir la majorité absolue à l'Assemblée nationale. Voici ce qu'il faut retenir de cette soirée électorale.

Voici les points essentiels qui ressortent du second tour des législatives :

  • Une faible mobilisation

Les Français ont boudé les urnes dimanche 18 juin pour le second tour des législatives, marqué par une abstention historiquement élevée qui atteint près de 57 %, selon les résultats quasi-définitifs. C'est 12 à 13 points de plus qu'au second tour des élections législatives de 2012, où elle avait été historiquement élevée, à 44,6 %.

Entretien avec Nicolas Rousselier, maître de conférence au centre d'Histoires de Sciences Po

>> Législatives 2017 : tous les résultats du second tour

  • Une majorité présidentielle nette, mais pas le tsunami attendu

Emmanuel Macron a obtenu dimanche une des plus larges majorités parlementaires de la Ve République. Cette majorité est cependant moins écrasante qu'annoncée par certains sondages. Selon les résultats définitifs (même si les 11 sièges pour les Français de l'étranger ne sont pas encore officiellement attribués), La République en marche et son allié du MoDem s'adjugent 351 sièges, très largement au-delà de la majorité absolue de 289 sièges, mais nettement sous la barre des 400 que laissait augurer le premier tour. Le MoDem de François Bayrou s'adjugerait une quarantaine de ces sièges et devrait donc former un groupe indépendant.

  • Marine Le Pen fait son entrée à l’Assemblée, mais sans groupe FN

Élue dans le Pas-de-Calais, la patronne du Front national va faire son entrée à l'Assemblée nationale avec une sept autres députés frontistes, dont cinq dans le seul Nord-Pas-de-Calais. Marine Le Pen a présenté dimanche son parti comme "la seule force de résistance" face à la majorité donnée à Emmanuel Macron. Mais si le FN augmente le nombre de ses députés par rapport à la législature écoulée – Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard n’étaient que deux sur les bancs de l'Assemblée – le parti ne remplit pas son objectif de départ, qui était d'atteindre le seuil de 15 élus requis pour former un groupe.

  • Le député Jean-Luc Mélenchon se pose en chef de file de la "résistance sociale"

Élu pour la première fois à l'Assemblée nationale à Marseille, le leader de La France insoumise sera accompagné de 16 autres députés de son parti. Le Parti communiste, lui, obtient 10 élus. Dénonçant la "majorité boursouflée" du parti d'Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon a revendiqué le leadership de la "résistance sociale" aux projets du gouvernement comme, selon lui, "la destruction de tout l'ordre public social par l'abrogation du Code du travail".

  • Les Républicains limitent la casse, le Parti socialiste la catastrophe

Dimanche soir, les Les Réublicains (LR) et le PS ont limité les dégâts par rapport à ce qui s’annonçait pour eux à l’issue du premier tour. L'alliance entre LR et l'UDI obtient ainsi 131 sièges, dont 113 de LR, soit au-dessus de la fourchette espérée à droite après le premier tour. Le chef de file LR-UDI François Baroin s’est d’ailleurs félicité de constituer un groupe "suffisamment important pour faire valoir les convictions" de la droite. Quid du Parti socialiste et de ses alliés (PRG inclus) ? La gauche obtiendrait entre 45 et 50 sièges, dont 29 pour le PS. Très loin des 284 sièges socialistes de l'Assemblée sortante, mais là aussi moins catastrophique que redouté pour un parti qui craignait même de ne pouvoir constituer un groupe parlementaire. Une "déroute incontestable", a tout de même admis son Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, avant d'annoncer son retrait de la direction du parti, qui obtient deux fois moins de sièges que lors du précédent désastre, en 1993 (57 députés PS et apparentés).
 

 

Première publication : 18/06/2017

  • FRANCE

    Second tour des législatives : une abstention record sous la Ve République

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES 2017

    Ça passe ou ça casse, les principaux résultats du second tour des législatives

    En savoir plus

  • FRANCE

    Législatives 2017 : avec huit sièges à l'Assemblée, le FN fait mieux que prévu mais reste loin du compte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)