Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Il s'appelait Julian Cadman"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Areva quitte la Bourse de Paris"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la Cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

"Biens mal acquis": Teodorin Obiang demande à nouveau le renvoi de son procès

© AFP/Archives | Le vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang le 25 juin 2013 à Malabo

PARIS (AFP) - 

Le vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang a demandé lundi par la voix de son avocat le renvoi de son procès à Paris pour l'affaire des "biens mal acquis", dans laquelle il lui est reproché de s'être frauduleusement constitué un patrimoine considérable en France.

Son avocat, Me Emmanuel Marsigny, a demandé au tribunal correctionnel de Paris un report en attendant l'issue d'une procédure en cours devant la Cour internationale de justice (CIJ) à La Haye (Pays-Bas).

Pour l'avocat, "ce procès ne peut pas se tenir" en l'état.

Saisie par la Guinée équatoriale, qui conteste les poursuites françaises contre son vice-président, la CIJ a rendu le 7 décembre 2016 une ordonnance à l'issue de laquelle la France doit assurer, pour l'instant, l'inviolabilité d'un luxueux immeuble saisi par la justice française. Malabo présente cet immeuble comme des locaux diplomatiques.

Il y a six mois, le tribunal avait reporté l'audience afin de laisser un délai à la défense pour préparer le procès.

Fils du président Teodoro Obiang, l'ancien ministre de l'Agriculture et des forêts promu vice-président par son père, Teodorin Obiang, bientôt 48 ans, est poursuivi pour blanchiment d'abus de biens sociaux, de détournement de fonds publics, d'abus de confiance et de corruption.

Il encourt jusqu'à dix ans d'emprisonnement et une amende qui pourrait atteindre quelque 50 millions d'euros.

© 2017 AFP