Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Face à ses hooligans, la Russie applique la tolérance zéro

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'acteur caméléon Guillaume Gallienne fait ses débuts à l'opéra

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, Trump, et Oliver Stone"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Facebook Messenger parie sur le "service à la clientèle instantané"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oubliés les brocards phallocrates !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Harry Potter a 20 ans ! Ses lecteurs sont toujours de grands enfants

En savoir plus

LE DÉBAT

Ukraine : renégocier les accords de Minsk ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Ukraine : renégocier les accords de Minsk ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Axel Bauer : trente ans de carrière en un best of

En savoir plus

Le site d'information sociale Sans A ouvre son micro aux prostitués

© AFP/Archives | Une prostituée au Bois de Boulogne, le 2 mars 2012

PARIS (AFP) - 

Le site d'information sociale Sans A, qui depuis sa création en 2015 cherche à "rendre visibles les invisibles", ouvre son micro aux prostitués dans une série de témoignages audio mis en ligne lundi.

Maya, 20 ans, raconte comment elle a été séquestrée par son proxénète. La prostituée militante Chloé, 36 ans, dit comment elle fait son métier "plus avec sa tête qu'avec ses fesses". "Bugpowder" considère que son métier contribue à l'émancipation de ses clientes et Jimmy raconte son enfance de fils de prostituée.

"Notre projet est de rendre visibles les invisibles et d'encourager à l'action", a déclaré à l'AFP le jeune fondateur du site, Martin Besson. Les témoignages ont été recueillis et mis en forme par une quinzaine de journalistes, puis partagés sur les réseaux sociaux.

Après des saisons consacrées aux SDF, aux migrants ou aux personnes âgées, le site prépare des reportages sur les schizophrènes et sur les quartiers populaires, selon son fondateur.

Sans A cherche aussi à lever des fonds auprès d'investisseurs privés pour se développer. Le site se finance pour l'instant avec les activités d'une société de communication qui lui est rattachée, le soutien d'associations et des dons de ses lecteurs.

© 2017 AFP