Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

L'étudiant américain libéré par Pyongyang est décédé

© KCNA/AFP/Archives | L'étudiant américain Otto Warmbier (au premier plan), sur une photo diffusée le 1er mars 2016 par l'agence officielle nord-coréenne KCNA

WASHINGTON (AFP) - 

L'étudiant américain de 22 ans Otto Warmbier, rapatrié le 13 juin aux États-Unis dans le coma avec de graves lésions cérébrales après sa détention en Corée du Nord, est décédé lundi, a annoncé sa famille dans un communiqué.

"C'est notre triste devoir de vous annoncer que notre fils, Otto Warmbier, a terminé son voyage sur Terre. Entouré par sa famille qui l'aime, Otto est décédé aujourd'hui à 14H20" (18H20 GMT) à Cincinnati, dans l'Ohio (nord), a écrit la famille.

Quand le jeune homme est revenu chez lui, "il était incapable de parler, incapable de voir et incapable de réagir à des commandes verbales. Il semblait très mal à l'aise, presque angoissé", selon sa famille.

Mais "bien que nous ne n'allions plus jamais entendre sa voix, en une journée la contenance de son visage avait changé ? il était en paix. Il était chez lui et nous pensons qu'il pouvait le sentir", ont ajouté ses parents Fred et Cindy.

"Les mauvais traitements, atroces et barbares, que notre fils a subis aux mains de la Corée du Nord nous garantissaient qu'il n'y aurait pas d'autre issue hormis (celle) que nous vivons aujourd'hui", ont-ils estimé.

Le président américain Donald Trump avait qualifié vendredi de "véritablement terrible" l'état de santé de l'étudiant, qui présentait de graves lésions cérébrales après plus d'un an de détention en Corée du Nord.

Il avait été arrêté en janvier 2016 pour avoir tenté de voler une affiche de propagande, alors qu'il se trouvait en Corée du Nord dans le cadre d'un voyage organisé. Il avait été condamné à 15 ans de travaux forcés par la Cour suprême nord-coréenne.

Peu après son arrestation et son procès --qui avait duré moins d'une heure-- en mars 2016, l'étudiant a plongé dans un coma dont les causes restent inconnues, avaient indiqué jeudi les médecins qui le soignaient à Cincinnati. Le type de lésions neurologiques dont il souffrait résulte d'ordinaire d'un arrêt cardio-respiratoire.

L'équipe médicale avait d'autre part démonté l'explication fournie par le régime nord-coréen en indiquant n'avoir pas relevé de trace de botulisme dans l'organisme du jeune homme.

© 2017 AFP