Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Cameroun : les humanitaires face aux pénuries alimentaires dans les camps de réfugiés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il s'appelait Julian Cadman"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Areva quitte la Bourse de Paris"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la Cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

Patrick Buisson reconduit à la tête de la chaîne Histoire pour un an

© AFP/Archives | Patrick Buisson, le directeur de la chaîne de télévision Histoire le 15 octobre 2012 à Paris

PARIS (AFP) - 

L'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, 68 ans, a été reconduit à la direction générale de la chaîne thématique Histoire pour un an, selon des documents mis en ligne lundi sur le site de BFM Business.

Son mandat a été renouvelé lors de l'assemblée générale d'Histoire SAS qui s'est tenue le 10 avril, précise BFM Business.

La chaîne, qui fêtera ses 20 ans cette année, appartient au groupe TF1 qui a confirmé l'information à l'AFP. Elle a dégagé un bénéfice net de plus d'un million d'euros en 2016, selon les documents publiés.

Elle a également vu son audience progresser de 9% sur un an en 2016, grâce à une plus large distribution (accords Canal/Free et Molotov), toujours selon ces documents, qui ne précisent pas la part d'audience réalisée. En 2015, la chaîne attirait 0,2% de l'audience des chaînes payantes.

Ex-patron du journal d'extrême droite "Minute", Patrick Buisson dirige cette chaîne thématique depuis 2007.

Mi-2015, il a été mis en examen pour détournement de fonds publics, avec d'autres ex-conseillers, et risque un procès dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de favoritisme dans l'attribution des sondages de l'Elysée entre 2007 et 2012.

© 2017 AFP