Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Theresa, pas besoin de partir!"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Industrie pharmaceutique : Trump pourrait se montrer plus généreux que prévu

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et si le Royaume-Uni restait..."

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Thuram : "Il faut comprendre le mécanisme du racisme pour pouvoir le dépasser"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Projet de loi antiterroriste : vers un "état d'urgence light" ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Projet de loi antiterroriste : quel équilibre entre sécurité et libertés individuelles ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Projet de loi antiterroriste : quel équilibre entre sécurité et libertés individuelles ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Gouvernement Philippe II : derrière la technique, la politique

En savoir plus

FOCUS

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

En savoir plus

Santé et sécurité au travail: une entreprise sur 4 sans plan d'action

© AFP/Archives | Une entreprise sur quatre dit ne pas avoir de plan d'action pour prévenir les riques qui pèsent sur leurs salariés

PARIS (AFP) - 

Plus huit entreprises sur dix recensent les risques professionnels pesant sur leurs salariés mais un quart d'entre elles n'ont pas mis en place de plan d'action pour prévenir et réduire ces risques, selon un baromètre présenté lundi.

Selon cette étude réalisée par Previsoft, filiale du cabinet Atequacy, spécialiste de la prévention et de la gestion des risques professionnels, 84% des 300 entreprises interrogées disent avoir réalisé le "document unique d'évaluation des risques professionnels", obligatoire depuis 2001 et qui doit être mis à jour chaque année.

Ce document oblige l'employeur, qui est tenu de veiller à la santé et à la sécurité de ses salariés, à identifier, analyser et classer ces risques (pour la santé physique et mentale des salariés) en vue de définir des actions de prévention les plus appropriées.

Pour autant, un quart des entreprises qui ont formalisé leur document unique ne met pas en place de plan d?action et ne va donc pas au bout de sa démarche de prévention et de réduction des risques professionnels.

Par ailleurs, moins d'une entreprise sur deux (48,3%) a réalisé un diagnostic des risques psychosociaux ou RPS, acronyme qui désigne l'ensemble des risques pour la santé mentale, physique et sociale, engendrés par les conditions de travail et susceptibles de générer des situations de stress et des violences allant jusqu'au burn out ou au suicide.

"La plupart des entreprises considèrent que le document unique n'est qu'une contrainte réglementaire", explique Grégoire Meresse, consultant de Previsoft. Selon lui, dans l'industrie, nombre d'entreprises ont néanmoins "amélioré les formations depuis dix ans" et "la conception ainsi que l'ergonomie des machines en amont afin de réduire les risques".

Depuis, les employeurs doivent aussi renseigner le compte pénibilité, lancé par étapes depuis 2015, qui oblige les entreprises à déclarer les salariés exposés à au moins un des dix facteurs de pénibilité retenus.

Le baromètre indique que 82% des entreprises du panel déclarent avoir réalisé leur diagnostic pénibilité, avec l?aide du référentiel de leur branche professionnelle, pour 72,6% d?entre elles.

Ce baromètre a été réalisé d'avril à mai 2017 sur un échantillon de 300 entreprises de plus de 50 salariés implantées en France métropolitaine.

© 2017 AFP