Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

FRANCE

Projet de loi sur la sécurité : "Une retransposition des dispositions de l’état d’urgence"

Asif Arif est avocat au barreau de Paris, spécialiste des libertés publiques.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/06/2017

Le projet de loi amendé sur la sécurité présenté jeudi 22 juin en conseil des ministres "n'est qu'une retransposition des dispositions de l’état d’urgence", estime Asif Arif, avocat au barreau de Paris spécialiste des libertés publiques.

Le projet de loi sur la sécurité "n'est qu'une retransposition des dispositions de l’état d’urgence", estime Asif Arif, avocat au barreau de Paris spécialiste des libertés publiques. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a présenté jeudi 22 juin en conseil des ministres un projet de loi amendé pour tenir compte de l'avis du Conseil d'État et de certaines critiques de ceux qui y voient un risque d'atteintes aux libertés.

"Le changement est sémantique", estime l'avocat. "Par exemple, les 'assigations à residence', mesure phare de l’état d’urgence, sont changées en 'mesures de surveillance'", souligne-t-il. "Maintenant, ce n’est plus trois fois par jour que l’on doit pointer au commissariat mais une fois", mais selon l'avocat, "le problème de fond, c’est d'être assigné".

"Ce projet de loi va se fonder sur quoi ? Reprocher à quelqu'un d’être un trouble potentiel pour l’ordre public, c’est trop large", estime encore l'avocat qui s'inquiète : "On va aboutir à une police de fréquentations".

Première publication : 22/06/2017

  • FRANCE

    Menace terroriste : Macron veut prolonger l'état d'urgence en France

    En savoir plus

  • FRANCE

    État d'urgence en France : Amnesty International dénonce de nombreux abus

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le gouvernement français propose la prolongation de l'état d'urgence jusqu'au 15 juillet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)