Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ingérence : Les poupées russes du mensonge

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : lancement du parti unifié RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Helsinki : Et Trump céda à Poutine...

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival d'Avignon : les questions de genre sur le devant de la scène

En savoir plus

FOCUS

Le bois de chêne menacé en France ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Mondial-2018 : la sacre des Bleus profite à la Française des Jeux

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

EUROPE

Conseil européen : "Nous devons accueillir des réfugiés", insiste Emmanuel Macron

© Aurore Belot, AFP | Angela Merkel et Emmanuel Macron lors de la conférence de presse commune à Bruxelles, le 23 juin 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/06/2017

À Bruxelles, le président français a mis en avant sa bonne entente avec la chancelière allemande, notamment sur la question de la crise migratoire. L'engagement a été pris vendredi d'accélérer les procédures de traitement des droits d'asile.

Lors d’une conférence de presse conjointe à l’issue du Conseil européen à Bruxelles, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont exprimé vendredi 23 juin des positions convergentes sur les réponses à apporter aux migrations vers l'Europe.

Le président français a ainsi montré qu’il voulait mettre l'Europe en marche vers plus de solidarité dans la crise migratoire. Pour le nouveau locataire de l’Élysée, l'exemple à suivre est celui donné par l'Allemagne.

"Les décisions prises par la chancelière Angela Merkel ont été des décisions courageuses", a-t-il estimé. "Nous devons accueillir des réfugiés car c'est notre tradition et notre honneur. Je le redis ici, les réfugiés ne sont pas n’importe quel migrant. Ce ne sont pas les migrants économiques. Ce sont des femmes et des hommes qui fuient leur pays pour leur liberté, ou parce qu’ils sont en guerre ou pour leur choix politique. Nous devons ainsi faire preuve de solidarité quand un de nos voisins fait face à des arrivées massives de réfugiés ou de migrants.

"Faire preuve de solidarité entre pays européens"

Sur ce dossier, la commission européenne a ouvert la semaine dernière une procédure contre la Hongrie, la Pologne et la République tchèque. Emmanuel Macron a d’ailleurs rencontré dans la matinée les dirigeants de ces trois pays, ainsi que de la Slovaquie, les quatre membres du groupe de Visegrad. Cette réunion avec certains des mauvais élèves en matière de répartition des réfugiés visait à apaiser les tensions, mais elle n’a pas permis de réelle avancée sur le dossier, comme l’a regretté la chancelière allemande.

"Il n’y a malheureusement pas de progrès sur la question de la répartition des réfugiés entre les pays. Nous devons continuer à traiter ce problème parce qu’il est très important, notamment car il faut faire preuve de solidarité entre pays européens", a-t-elle déclaré.

Sous l'impulsion des deux dirigeants français et allemand, ce conseil européen aura tout de même accouché de quelques engagements en termes de politique migratoire. Le couple franco-allemand a notamment promis une accélération de la procédure de traitement des demandeurs d'asile, un renforcement des frontières extérieures de l'Europe et une intervention coordonnée sur les théâtres d'opérations extérieurs. De son côté, le président de la commission, Jean-Claude Juncker, a invité les pays membres à honorer leurs engagements financiers pris envers l'Afrique pour lutter contre l'immigration illégale.

Première publication : 23/06/2017

  • FRANCE

    La plaisanterie de Macron sur les migrants comoriens passe mal

    En savoir plus

  • CRISE MIGRATOIRE

    L'extrême droite récolte des milliers d'euros pour empêcher le sauvetage de migrants en Méditerranée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Calais : Collomb ne veut pas de "point de fixation" pour les migrants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)