Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Enfermer la femme, c'est s'emprisonner soi-même"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Tajani : "Le référendum catalan est illégal"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Macron signant les ordonnances : une mise en scène "à l'américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'île Maurice dépassée par le trafic de drogue

En savoir plus

Economie

La Grande barrière de corail, la merveille qui valait 37 milliards d’euros

© Sarah Lai, AFP | La Grande barrière de corail fournit du travail à 19 000 Australiens.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/06/2017

La sauvegarde de la Grande barrière de corail n'est pas qu’un enjeu environnemental. Ce site classé a aussi une importance économique de premier ordre, d'après un nouveau rapport.

Elle fournit du travail à davantage d’Australiens que les compagnies pétrolières et gazières et sa valeur économique pour l’Australie dépasse celle du secteur minier. Menacée par la pollution et le réchauffement climatique, la Grande barrière de corail (nord-est de l’Australie) vaut aussi la peine d’être sauvée d’un point de vue économique, soutient le cabinet de conseils Deloitte, dans un rapport publié le lundi 26 juin.

Ces spécialistes de la compulsion de données y avancent deux chiffres éclairants : 64 000 emplois ont été créés grâce à l’activité économique autour de la Grande barrière de corail et cette merveille de la nature en péril vaut 56 milliards de dollars australiens (37 milliards d’euros) pour l’économie de l’Australie. En comparaison, BHP Billiton, Rio Tinto et les autres géants miniers, n’apportent que 21 milliards de dollars australiens (14 milliards d’euros) au pays et les compagnies d’extraction pétrolière et gazière fournissent du travail à seulement 19 000 Australiens.

Valeur socio-économique

Ces deux chiffres sont cependant à nuancer, reconnaissent les experts de Deloitte. Ainsi, l’activité touristique, la recherche et la pêche autour de ces 348 000 km² d’un écosystème unique au monde, n'ont généré que 39 000 emplois directs. Le reste des 64 000 emplois cités dans le rapport provient du développement économique de la bordure de mer et, plus généralement, de la région du Queensland.

© Studio Graphique France Media Monde

La Grande barrière de corail ne rapporte pas non plus directement 37 milliards d’euros par an à l’Australie. Ce chiffre correspond à sa valeur socio-économique. Pour y parvenir, les auteurs du rapport ont pris en compte l’impact économique du tourisme, et y ont ajouté sa valeur estimé pour les Australiens qui n’y ont jamais mis les palmes mais comptent le faire.

Ils se sont aussi intéressés à la somme d'argent que les Australiens seraient prêts à payer pour sauver le site vu son importance symbolique et sa contribution à l'image de marque du pays.

La contribution économique directe annuelle est beaucoup plus modeste. Elle s’établit à 6,4 milliards de dollars australiens (4,4 milliards d’euros). Cette somme provient des dépenses touristiques, des recettes de la pêche, ou encore du commerce local et de la construction de bateaux et des transports maritimes.

“Too big to fail”

Quels que soit les montants retenus, la Grande barrière de corail serait “too big to fail” conclut le rapport de Deloitte. Cette expression - qui signifie “trop gros pour faire faillite” - fait référence aux banques dont le poids économique est devenu trop important pour que l’État les laisse mourir. Il en serait de même pour cette région maritime dont l’économie d’une partie de l’Australie dépend.

>> À lire aussi sur France 24 : Les deux tiers de la Grande Barrière de corail menacés

Cette conclusion apporte de l’eau au moulin des opposants au projet de mine de charbon de Carmichael, en plein cœur du Queensland. Le combat contre ce chantier du groupe minier indien Adani est devenu l’une des grandes causes environnementales du moment. La mine, qui doit devenir à terme la plus grande au monde, se trouverait à proximité immédiate de la Grande barrière de corail et son exploitation menacerait encore davantage sa survie. Le secteur minier est, en effet, l’un des plus pollueurs pour l’environnement. Face aux critiques, le groupe minier a toujours fait miroiter des milliers d’emplois à venir. Le rapport de Deloitte permet aux opposants de tenir tête à Adani sur le terrain économique.

Mais cet appel à sauver ce symbole national arrive peut-être trop tard. La Grande barrière de corail a déjà perdu plus de 50 % de ses coraux ces 30 dernières années, et de nombreux scientifiques affirment que les dommages provoqués par le réchauffement climatique vont être difficiles, sinon impossibles à réparer.

La disparition de ce joyau naturel n’aurait pas qu’un impact sur l’Australie : environ un milliard de personnes à travers le monde dépendent des coraux, que ce soit pour le commerce ou pour fournir une défense naturel contre la montée des eaux.

Première publication : 26/06/2017

  • ENVIRONNEMENT

    Les deux tiers de la Grande Barrière de corail menacés

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Déceptions et tâtonnements après la sortie des États-Unis de l’accord de Paris

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Le nombre de lois pour lutter contre le réchauffement climatique a explosé en 20 ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)