Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Afrique

Lutte contre le terrorisme au Sahel : le coup de pression du président Déby

© GEORGES GOBET / AFP

Texte par Florence RICHARD

Dernière modification : 26/06/2017

Le président tchadien, Idriss Déby Itno, menace de retirer une partie de ses troupes engagées dans la lutte contre le terrorisme au Sahel et de ne pas participer à la force conjointe du G5 Sahel sans un soutien financier à son pays.

À sept jours du sommet des chefs d’État du "G5 Sahel" (Mauritanie, Burkina, Tchad, Niger et Mali) qui se retrouveront à Bamako, au Mali, dimanche 2 juillet, le président tchadien, Idriss Déby Itno, a posé dimanche 25 juin ses conditions au déploiement d’une force conjointe au Sahel et au maintien de ses troupes déjà déployées au Niger, au Nigeria, au Cameroun, au Mali et à la frontière libyenne dans le cadre de la lutte antiterroriste.

"Tout cela coûte excessivement cher et, si rien n’est fait, le Tchad sera malheureusement dans l’obligation de se retirer", affirme le chef de l’État dans une longue interview accordée au Monde/RFI/TV5 Monde.

"Le Tchad est un petit pays qui n’a pas de moyens, qui a connu d’énormes problèmes dans son histoire récente. Il est donc du devoir de tous ceux qui ont plus de moyens de l’aider sur le plan militaire, matériel, logistique, financier", estime Idriss Déby Itno qui juge que son armée ne peut pas "être dans le G5 Sahel et en même temps dans une autre mission sur le même théâtre".

>> Jihadisme au Sahel : les trois principaux groupes annoncent leur fusion

Au Mali, le Tchad forme le troisième contingent le plus important de la Minusma, la Mission des Nations unies, avec 1 390 hommes et il a engagé 2 000 soldats dans la Force multinationale mixte, créée en 2015 conjointement par le Niger, le Nigeria, le Tchad et le Cameroun, pour combattre le groupe islamiste Boko Haram.

Pression avant le sommet

En février, les chefs d'État du G5 Sahel ont annoncé la "création immédiate" d’une force antiterroriste conjointe de 5 000 hommes. Le rôle de cette force conjointe sera de sécuriser les frontières de cette vaste zone minée par les trafics et le terrorisme, en appui de la Minusma et de l’opération Barkane. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté mercredi 21 juin, à l'unanimité, une résolution –élaborée par la France- saluant son déploiement.

Sans contrepartie financière, Idriss Déby peut-il se retirer du projet ? "Je pense qu’il s’agit avant tout d’un moyen de pression avant le sommet du G5 auquel Emmanuel Macon participe", explique Nicolas Desgrais, doctorant à l’université du Kent, spécialisé dans les questions de défense au Sahel. "Le Tchad a fait preuve d’investissements très importants dans le cadre de la lutte contre le terrorisme qu’il juge, à juste titre, ne pas être récompensés à travers le G5 Sahel. Il s’estime lésé et pense qu’il a une carte à jouer puisque la lutte antiterroriste est au cœur des préoccupations internationales", poursuit-il. Le président tchadien dit avoir engagé "300 milliards de francs CFA (plus de 457 millions d’euros) pour la lutte contre le terrorisme sans un soutien quelconque de l’extérieur."

"Une vraie nervosité du pouvoir"

"Ce n’est pas la première fois que Déby met la pression sur ses partenaires. C’est une façon de faire de la politique," analyse Marielle Debos, maître de conférences en science politique, spécialiste du Tchad, qui souligne la crise "extrêmement grave" que connait actuellement le pays. Cette crise est un facteur déterminant dans le discours très offensif et menaçant du président. Marielle Debos décrit "une vraie nervosité du pouvoir" face à ce naufrage économique, conséquence de la chute du cours du baril de brut et à une mauvaise gestion de cette manne pétrolière.

Déby reconnait dans l’entretien au Monde/RFI/TV5 Monde "une démarche irresponsable" à propos de la contraction d’un prêt de 2 milliards d’euros auprès de la société Glencore pour racheter les parts détenues par Chevron qui absorbe aujourd’hui la quasi-totalité des ventes du pétrole tchadien pour se rembourser.

"Les conséquences sur la santé, sur l’éducation, sur les services publics qui fonctionnaient déjà mal sont considérables. Les chantiers sont à l’arrêt. Les salaires des fonctionnaires ont été divisés par deux", détaille la spécialiste. "Les caisses de l’État sont vides", résume-t-elle. Un contexte socialement et économiquement explosif pour le pays, où les inégalités n’ont jamais été aussi fortes.

>> Force antijihadiste africaine au Sahel : Washington opposé à une résolution de l’ONU

Problème, la question cruciale du finalement de cette force conjointe est loin d’être réglée. Pour le moment, seule l'Union européenne a annoncé le 5 juin une aide de 50 millions d'euros, disant vouloir montrer l'exemple "aux autres partenaires du G5 Sahel". Mais cet appel n’a pas rencontré, jusque-là, un fort écho, notamment aux États-Unis. Principal contributeur aux opérations de maintien de la paix des Nations unies, Washington souhaite serrer drastiquement les cordons de la bourse depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

La résolution précise qu'une conférence des donateurs sera organisée "rapidement" tout en relevant néanmoins qu'il "incombe [aux pays du G5] de donner à [leur force] les ressources dont elle a besoin". Un message auquel le Tchad a donc d’ores et déjà répondu.

Première publication : 26/06/2017

  • TCHAD

    Le Français enlevé en mars au Tchad a été libéré au Soudan

    En savoir plus

  • TCHAD

    Hissène Habré condamné en appel à perpétuité pour crimes contre l'humanité

    En savoir plus

  • MALI

    Mali : cinq pays du Sahel envisagent une force commune pour "lutter contre le terrorisme"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)