Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Réfugiés syriens au Liban : la voie difficile, voire impossible, du retour au pays

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seba, une voix gabonaise hors du temps

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Choose France" : Macron reçoit les patrons étrangers à Versailles pour une opération séduction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Forum économique mondial : les États-Unis de retour à Davos

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le vice-président américain Mike Pence en Israël

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kenneth Roth, HRW : "Macron a gagné en affrontant directement l'extrême droite"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

FRANCE

Affaire Grégory Villemin : Murielle Bolle, témoin clé, entendue pour des faits de complicité

© Jeff Pachoud, AFP (archives) | Le corps de Gregory Villemin a été retrouvé dans une rivière le 16 octobre 1984.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/06/2017

Murielle Bolle, témoin clé dans l'enquête sur la mort du petit Grégory en 1984, considérée comme l’une des plus grandes affaires criminelles françaises, a été entendue mercredi dans les Vosges et placée en garde à vue.

Nouveau rebondissement dans l'enquête sur le meurtre de Grégory Villemin, 4 ans, en 1984. Murielle Bolle, 48 ans aujourd'hui, témoin clé de l’affaire, a été interpellée mercredi à son domicile de Granges-sur-Vologne (Vosges), selon une source proche du dossier citée par l’AFP.

>> À lire dans l'Est républicain : "Murielle Bolle : un mystérieux message laissé dans une église intrigue les enquêteurs"

Elle a été placée en garde à vue par les gendarmes, qui étaient arrivés à bord de sept véhicules à 11 heures, avant de quitter la maison dix-huit minutes plus tard. Elle a été entendue pour "des faits de complicité d'assassinat". La garde à vue de Murielle Bolle se terminera légalement jeudi en milieu de journée, car elle est une prolongation de la première garde à vue commencée il y a trente deux ans.

Témoin clé

Les gendarmes vont tenter d'obtenir une confession de cette femme qui, a l'époque, âgée de 15 ans, avait affirmé avoir vu son beau-frère, Bernard Laroche, emmener l'enfant dans sa voiture. Mais elle s'était rétractée après quelques jours passés au sein de sa famille, expliquant que les gendarmes l'auraient menacée d'un placement en maison de correction et d'une inculpation pour complicité, pour obtenir ses aveux.

>> À lire sur France 24 : "Affaire Grégory, pourquoi l’enquête fascine les Français depuis 30 ans"

En 1985, Bernard Laroche, premier suspecté dans cette affaire, avait été remis en liberté avant d'être tué par le père de Grégory, Jean-Marie Villemin, son cousin. Les soupçons se portèrent ensuite sur Christine Villemin, la mère du garçon de quatre ans, finalement innocentée.

L'enlèvement et la mort du petit Grégory, retrouvé noyé dans la Vologne le 16 octobre 1984, reste un mystère trente-deux ans après le crime. La semaine dernière, la justice a remis en liberté le grand-oncle et la grand-tante de la victime, quatre jours seulement après leur mise en examen pour enlèvement et séquestration suivis de mort. Cette décision constitue un sérieux revers pour les enquêteurs et le parquet général qui avait requis le maintien en détention.

Un "acte collectif"

Toutefois Marcel Jacob, 72 ans, et sa femme Jacqueline, 72 ans également, ne sont pas retournés chez eux dans les Vosges. Ils sont domiciliés séparément avec interdiction absolue de parler à la presse dans le cadre de leur contrôle judiciaire.

L'arrestation surprise du couple dans les Vosges, a relancé cette affaire puisque les deux septuagénaires, qui n'avaient jamais été inquiétés jusqu'alors, restent mis en examen. Mais leurs avocats ont indiqué qu'ils demanderont la nullité de cette mesure.

Reste à savoir si la mise en examen de Murielle Bolle permettra d'éclaircir les zones d'ombre et le rôle présumé de chacun dans la mort de l'enfant, que l'accusation considère comme un "acte collectif".

Avec AFP

 

Première publication : 28/06/2017

  • FRANCE

    Affaire Grégory : le couple Jacob remis en liberté

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le grand-oncle et la grand-tante du petit Grégory, Marcel et Jacqueline Jacob, mis en examen

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Grégory : pourquoi l’enquête fascine les Français depuis 30 ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)