Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

FRANCE

14-Juillet : Donald Trump sera sur les Champs-Élysées au côté d'Emmanuel Macron

© Saul Loeb, AFP | Donald Trump et Emmanuel Macron ont échangé une poignée de main devenue célèbre, le 25 mai 2017 à Bruxelles.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/06/2017

Le président américain Donald Trump a "accepté l'invitation" d'Emmanuel Macron d'assister au traditionnel défilé militaire du 14 juillet sur les Champs-Élysées, a annoncé mercredi la présidence française.

"Dans le cadre de la commémoration du centenaire de l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, le président des États-Unis d'Amérique Donald Trump a accepté l'invitation du président de la République Emmanuel Macron d’assister au défilé du 14 juillet", annonce la présidence française dans un communiqué, mercredi 28 juin.

"À cette occasion, des soldats américains participeront à ce défilé aux côtés de leurs camarades français", poursuit l'Élysée.

"Réaffirmer les liens solides"

Le président américain, dont ce sera la première visite à Paris depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron au pouvoir, a "hâte de réaffirmer les solides liens d'amitié entre la France et les Etats-Unis", a fait savoir la Maison Blanche.

Cette rencontre devrait être l'occasion pour les deux dirigeants, dont les pays sont engagés dans la lutte contre l'Etat islamique en Syrie et en Irak, renforceront "leur coopération déjà forte en matière de lutte contre le terrorisme et leur partenariat économique et aborderont de nombreuses autres questions d'intérêt mutuel".

La question de la Syrie devrait notamment être abordée dans le cadre de ce déplacement, après les menaces de représailles brandies cette semaine par Washington et Paris contre le régime de Damas en cas de nouvelle attaque chimique.

Emmanuel Macron et Donald Trump, qui se sont rencontrés pour la première fois fin mai en marge du sommet de l'Otan à Bruxelles, ont prévu de s'entretenir une nouvelle fois en bilatérale lors du sommet du G20 qui se tient les 7 et 8 juillet à Hambourg, en Allemagne. "Au-delà des divergences sur certain dossiers comme le climat", la venue de Donald Trump à Paris "démontre la force et les liens de notre relation transatlantique et les convergences sur des dossiers comme la lutte anti-terroriste et notre engagement commun sur les théâtres de guerre", souligne une source diplomatique française.

"Trump n'a rien à faire là"

L'invitation lancée par la France au président américain a été dénoncée mercredi matin par le chef de file de La France insoumise et ancien candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon.

"Je le déplore", a dit le député sur Europe 1. "Donald Trump n'est pas le bienvenu à la fête du 14 juillet. La fête du 14 juillet est celle de la liberté des Français, Donald Trump
représente l'Otan et l'asservissement de notre nation à une coalition internationale dans laquelle elle ne joue aucun rôle." "M. Trump est un violent, il n'a rien à faire là", a-t-il ajouté.

Avant le G20, Donald Trump a prévu de se rendre en visite officielle en Pologne, afin, selon la Maison Blanche, de "réaffirmer l’engagement sans faille des Etats-Unis envers l’un de ses plus proches alliés".

Pas de visite en Grande-Bretagne

Le président américain ne devrait en revanche pas se rendre en Grande-Bretagne où sa venue fait polémique après sa passe d'armes avec le maire de Londres Sadiq Khan, consécutive aux attentats qui ont secoué la capitale britannique. Depuis le début de l'année, plus de deux millions de Britanniques ont signé une pétition demandant à ce que la visite du président américain ne soit pas traitée comme une visite officielle.

La reine Elizabeth, qui avait invité en janvier le nouveau président américain à se rendre cette année en Grande-Bretagne, n'en a plus fait mention lors de son discours devant le Parlement le 21 juin dernier. Elle a en revanche évoqué la visite du couple royal espagnol pour le mois de juillet.

Avec Reuters
 

Première publication : 28/06/2017

  • FRANCE

    Célébrations du 14-Juillet : Emmanuel Macron renouvelle son invitation à Donald Trump

    En savoir plus

  • SYRIE

    Washington accuse Damas de préparer une nouvelle attaque chimique

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trump rencontre Modi : les visas de la discorde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)