Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Amériques

Confronté à une grave crise politique, le président brésilien Michel Temer renonce à participer au G20

© Miguel Schincariol, AFP | Michel Temer a qualifié mardi de "fictions" les accusations de corruption qui le visent.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/06/2017

Fragilisé par de graves accusations de corruption passive et formellement mis en accusation, le président brésilien Michel Temer a décidé de renoncer à participer à la réunion du G20 à Hambourg les 7 et 8 juillet prochains.

Confronté à une grave crise politique et accusé de corruption passive, le président brésilien Michel Temer a renoncé à participer à la réunion du G20 à Hambourg les 7 et 8 juillet prochains, a annoncé mercredi la présidence.

"Le président a décidé qu'il ne se rendrait pas au G20", a indiqué dans un communiqué laconique le Palais de Planalto, sans autre précision. Michel Temer avait participé l'an passé au G20 en Chine, quelques jours à peine après avoir été officiellement désigné pour remplacer Dilma Rousseff, destituée pour maquillage des comptes publics.

Le chef de l’État brésilien a été mis en accusation lundi par le procureur-général Rodrigo Janot pour corruption passive, une procédure inédite qui vient éclabousser un mandat déjà très secoué par les affaires. Le procureur général accuse notamment Michel Temer de s'être "prévalu de sa condition de chef d'État" pour recevoir 500 000 réais (environ 150 000 dollars) de pots-de-vins de la part du géant de la viande JBS, impliqué dans le gigantesque scandale de corruption qui touche le Brésil, selon l'acte d'accusation rendu public par la Cour Suprême (STF).

Temer dénonce une "fiction"

Michel Temer a qualifié mardi de "fictions" ces accusations de corruption, critiquant l'absence de "preuves concrètes". Pour que le président soit inculpé et traduit devant la Cour suprême, la demande du procureur-général doit être acceptée par les deux tiers des députés. Ce qui paraît fort peu probable, puisque le camp présidentiel jouit d’une solide majorité dans la chambre. Et ce alors que 65 % des Brésiliens souhaiteraient qu'il quitte le pouvoir, selon un sondage publié samedi dernier par Datafolha.

Par ailleurs, les médias brésiliens ont rapporté une "tentative d'intrusion" de la résidence présidentielle, le Palais de la Alvadora mercredi, montrant des images de douilles de cartouches à terre ainsi qu'une porte cassée.

Mais Michel Temer et sa famille ne se trouvaient pas sur place au moment des faits. Selon la police militaire du district fédéral cité par le site d'information, qui dépend du groupe Globo, la zone a été bouclée par les forces de sécurité et un homme arrêté.

Avec AFP

Première publication : 29/06/2017

  • BRÉSIL

    Brésil : répit pour le président Temer après un non-lieu de la justice électorale

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Cash, corruption et vidéos : vingt-quatre heures qui ont secoué le Brésil

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Brésil : le président Temer enregistré donnant son accord à des pots-de-vin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)