Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la "flat tax" sur les revenus du capital adoptée à l'Assemblée

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Centrales nucléaires : opérations démantèlement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la mobilisation contre la réforme du travail s'essouffle

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : nouveaux affrontements entre opposants et policiers

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Zhongguancun : un quartier de Pékin révélateur de l'action de Xi Jinping

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 03/07/2017

"Les migrants, marchandise des passeurs"

© Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse internationale du lundi 3 juillet, la prise imminente de Mossoul annoncée par les forces irakiennes, l’arrivée en nombre de migrants sur les côtes italiennes depuis une semaine, et le match Trump vs CNN.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale en Irak, où les forces irakiennes affirment que la reprise totale de la ville de Mossoul n’est plus qu’une question de jours.
 
Azzaman affirme même que l’organisation État islamique est en train de vivre ses «derniers soubresauts» dans ce qui fut sa capitale auto-proclamée. Le journal irakien évoque des jihadistes pris au piège, acculés dans la vieille ville en ruines, au bord du Tigre - là où se trouvent encore des civils, incapables de fuir. Là-même où Abou Bakr Al Baghdadi avait annoncé la création d’un soi-disant «califat», à partir duquel il entendait conquérir le reste de l’Irak. Trois ans plus tard, ce n’est pas entre ses mains que se retrouve le pays, mais entre celles du Premier ministre Haider al-Abadi, selon The Wall Street Journal – un dirigeant que le quotidien présente comme étant jugé acceptable par tous, sans être le favori d’aucun camp. Cet ancien ingénieur de 65 ans aurait réussi à transformer ce statut «terne» en force «décisive», à l’opposé de son prédécesseur, Nouri Al-Maliki, issu comme lui du parti chiite Dawa, mais jugé beaucoup plus clivant. Selon The Wall Street Journal Haider al-Abadi a multiplié les gestes envers les pays arabes sunnites de la région, tout en préservant les liens avec l’Iran. Le journal revient en outre sur ses défis à venir, les pressions exercées par les différentes minorités en faveur d’une autonomie accrue, notamment au Kurdistan, et la dégradation des relations entre les États-Unis et l’Iran, susceptible de bouleverser, évidemment, le précaire équilibre irakien.
 
À noter également, la mise en garde de l’Italie, qui menace de fermer ses portes aux migrants. D’après La Stampa, le problème a été évoqué lors du rendez-vous d’urgence qui s’est tenu hier entre les ministres de l’Intérieur français, allemand et italien, tandis que l’Italie a vu arriver 10 000 migrants africains en près de 48 heures la semaine dernière. Ces arrivées massives provoquent la colère de Rome, qui laisse entendre qu’elle pourrait interdire les côtes italiennes à une partie des clandestins, ce qui obligerait ses voisins à les accueillir directement. L’Italie demande aussi une régulation des sauveteurs en mer, en accusant certaines ONG humanitaires de «collusion» avec les passeurs, selon La Croix, qui explique que certaines associations se sont retrouvées «dans l’engrenage d’un système non maîtrisé», la question étant de savoir si la présence de navires d’assistance au plus près des côtes libyennes favorise l’industrie criminelle des passeurs. D’après le journal, Rome et Bruxelles étudient en ce moment-même un projet de code de conduite européen pour définir des critères plus sévères encadrant l’intervention des associations - un véritable «casse-tête», selon La Croix. Le journal rappelle la difficulté de concilier l’obligation d’éviter les morts en mer, qui est un principe élémentaire du droit maritime – et celle de lutter contre les passeurs.
 
Ces passeurs soumettent les migrants à des traitements épouvantables. The Washington Post s’est notamment rendu dans deux centres de rétention de Tripoli, en Libye, pour y recueillir les témoignages des candidats au départ. Des Africains dont un chef tribal libyen dit qu’ils «ne sont pas traités comme des êtres humains», mais comme une «marchandise», même si certaines marchandises sont sans doute traitées avec plus d’égards que la plupart de ces migrants… Parmi eux, Ishmael Konte, 25 ans, originaire de Sierra Leone, témoigne du sort que lui ont réservé ceux-là même qui étaient supposés lui ouvrir les portes de l’Eldorado: «ils m’ont tabassé, battu, frappé, pendant que j’étais au téléphone avec ma mère, pour qu’elle puisse m’entendre pleurer». Vendu par des passeurs à un Libyen, le jeune homme dit n’avoir reçu pour toute nourriture qu’un plat de gruau un jour sur deux. L’un de ses compagnons d’infortune, un Gambien, raconte quant à lui comment ils en étaient réduits à boire l’eau des toilettes.
 
Aux États-Unis, Donald Trump vient de franchir un cap en s’attaquant une nouvelle fois à la chaîne d’information CNN. Dans un tweet publié hier, le président américain a diffusé une sorte de parodie vidéo le montrant rouant de coups, s’exerçant au catch sur un homme affublé du logo de la chaîne. Les choses semblaient pourtant s’être plutôt tassées ces derniers jours, après que CNN a esquissé un geste d’apaisement en obligeant à démissionner trois de ses journalistes, auteurs d’un article jugé «insuffisamment étayé», affirmant que le Congrès américain enquêtait sur les liens entre des membres de l'équipe Trump et un fonds d'investissement russe. Un geste insuffisant, semble-t-il, pour calmer la colère du milliardaire. D’après The Daily Beast, alors que la chaîne a réagi en évoquant un «triste jour que celui où un Président des États-Unis d'Amérique encouragea la violence envers les journalistes», la Maison-Blanche et l’entourage de Donald Trump ont trouvé, au contraire, la séquence de catch présidentielle drôlement drôle - non seulement drôle, mais aussi justifiée. «Le président se défend», aurait notamment déclaré l’un de ses proches conseillers.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/10/2017 Indépendance

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

Dans cette revue de presse internationale du 20 octobre : Madrid veut suspendre l’autonomie de la Catalogne, l’épidémie de peste à Madagascar s’est propagée aux grandes zones...

En savoir plus

20/10/2017 Énergie nucléaire

Centrales nucléaires : opérations démantèlement

Dans la revue de presse française de ce vendredi 20 octobre : comment démanteler nos centrales nucléaires ? En France, une femme sur deux dit avoir été victime de harcèlement...

En savoir plus

19/10/2017 Revue de presse internationale

Brexit: "si tu reviens, j'annule tout ?"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 19 octobre, le discours du président Xi Jinping devant le 19ème Congrès du Parti communiste chinois. Une nouvelle...

En savoir plus

19/10/2017 Revue de presse française

"Macron, Sarkozy, les policiers et le football"

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 19 octobre, la troisième journée de mobilisation de la CGT contre les ordonnances sur la réforme du Code du travail. La création...

En savoir plus

18/10/2017 Revue de presse internationale

"Le parti communiste chinois, ce n'est pas ce que vous croyez"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 18 octobre, l'ouverture du 19e Congrès du Parti communiste chinois, la reprise de la ville de Raqqa par les Forces...

En savoir plus