Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Asie - pacifique

Missile intercontinental nord-coréen : Washington demande une réunion d'urgence au Conseil de sécurité

© Archives, AFP | Un écran de télévision montrant Kim Jong-Un dans une gare, en avril à Séoul.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/07/2017

Pyongyang a annoncé, mardi, avoir procédé avec succès à un tir de missile intercontinental, en capacité de frapper n'importe quel point de la planète. En réaction, Washington a demandé une réunion d'urgence au Conseil de sécurité.

La Corée du Nord a annoncé mardi 4 juillet avoir lancé avec succès un missile intercontinental. Ce missile a atteint une altitude de 2 802 kilomètres et a volé pendant 39 minutes avant de frapper avec précision son objectif, a affirmé la télévision officielle nord-coréenne. "C'est une avancée absolument majeure, explique Frédéric Ojardias, correspondant RFI pour France 24. Les premiers calculs des experts confirment les affirmations de la Corée du Nord."

L'engin a parcouru 930 kilomètres avant de s'abîmer en mer dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon, avait déclaré l'armée sud-coréenne et le gouvernement japonais. Tokyo a vivement protesté contre ce qu'il considère comme un empiètement manifeste des résolutions des Nations unies.

>> À lire sur france 24 : "L'ONU élargit ses sanctions contre la Corée du Nord"

Mardi soir, les États-Unis ont demandé la tenue d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies, à huis clos. Selon un porte-parole de la délégation américaine à l'ONU, cette réunion devrait se tenir mercredi.

"La Corée du Nord vient de lancer un nouveau missile. Est-ce que ce gars n'a rien de mieux à faire de sa vie ?", s'est interrogé de son côté le président américain Donald Trump dans la nuit de lundi à mardi. "Il est difficile de croire que la Corée du Sud et le Japon vont tolérer cela encore longtemps. Peut-être que la Chine va agir fortement à l'encontre de la Corée du Nord, et mettre un terme à ce non-sens une bonne fois pour toutes !", a-t-il complété dans un second tweet.

La Russie et la Chine se sont mis d'accord sur la nécessité de geler le programme nucléaire nord-coréen et ont appelé les Américains à cesser le déploiement du système antimissile THAAD en Corée du Sud. Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré après le tir expérimental nord-coréen que Pékin s'opposait toujours à ce que la Corée du Nord enfreigne les résolutions adoptées par l'Onu sur ses tirs de missiles et ses essais nucléaires.

 

À quelques jours du sommet du G20

Les derniers essais balistiques du régime totalitaire nord-coréen dataient de début juin, quand Pyongyang avait lancé plusieurs missiles de antinavires. Ce nouveau tir mené un 4 juillet, jour de fête nationale aux États-Unis, intervient en outre à quelques jours du sommet du G20 au cours duquel Washington, la Chine, la Corée du Sud et le Japon ne manqueront pas d'aborder le dossier nord-coréen.

Le régime nord-coréen cherche à développer des missiles des longue portée à tête nucléaire capables d'atteindre les États-Unis.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a convoqué une réunion du conseil de sécurité nationale à 2h30 GMT mardi, après avoir appris la tenue de ce nouvel essai de missile.

Donald Trump s'est entretenu dimanche au téléphone de la question nord-coréenne avec son homologue chinois Xi Jinping et le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Trump et Xi ont notamment "réaffirmé leur engagement en faveur d'une péninsule coréenne dénucléarisée".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 04/07/2017

  • CHINE

    Les États-Unis accusent une petite banque chinoise d'avoir aidé le programme nucléaire nord-coréen

    En savoir plus

  • COREE DU NORD

    Vidéo : la tragique histoire d'Otto Warmbier, l'étudiant américain détenu plus d'un an en Corée du Nord

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord tire une salve de missiles en mer du Japon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)