Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : au moins 3 morts à Sokodé

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

Afrique

"Biens mal acquis" : trois ans de prison requis contre Teodorin Obiang

© AFP | Teodorin Obiang, 48 ans, a été promu par son père, vice-président de Guinée équatoriale.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/07/2017

Teodorin Obiang, le fils aîné du président de Guinée équatoriale, est jugé depuis le 19 juin, à Paris, pour blanchiment d'abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance et corruption.

Trois ans de prison, 30 millions d'euros d'amende et la confiscation des biens saisis  évalués à plus de 150 millions d'euros, ont été requis mercredi 5 juillet contre le vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang, au procès de l'affaire des "biens mal acquis".

Fils du président Teodoro Obiang, l'ancien ministre de l'Agriculture et des Forêts promu vice-président par son père est jugé depuis le 19 juin, à Paris, pour blanchiment d'abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance et de corruption.

>> À voir sur France 24 : "L'incroyable patrimoine de Teodorin Obiang"

Teodorin Obiang, qui ne s'est pas présenté devant le tribunal correctionnel, a récemment dénoncé "une mascarade qui ne répond à aucune procédure légale, un montage contre le gouvernement légal de la Guinée équatoriale et contre l'Afrique".

Des propos déplorés et battus en brèche par le représentant du parquet national financier, Jean-Yves Lourgouilloux, qui a regretté cette absence. "Je ne suis pas là pour faire le procès de la Guinée équatoriale, je suis là pour faire le procès du prévenu", a souligné le magistrat.

Un patrimoine considérable

Objets d'art, voitures de luxe et de sports, immeuble avenue Foch, dans l'un des quartiers les plus huppés de la capitale, l'enquête avait mis au jour un patrimoine considérable.

L'immeuble de l'avenue Foch, évalué à lui seul à 107 millions d'euros, est présenté par la Guinée équatoriale comme des locaux diplomatiques. Une "manœuvre pour tenter de faire échapper ce bien à l'action de la justice française", a estimé le magistrat.

>> À lire sur France 24 : "Procès Obiang : accusations fracassantes de la défense contre l'avocat des parties civiles"

Le procès se poursuit jeudi avec les plaidoiries de la défense. Le jugement devrait ensuite être mis en délibéré.

Avec AFP

Première publication : 05/07/2017

  • CONGO

    "Biens mal acquis" : la fille et le gendre de Denis Sassou Nguesso mis en examen

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Ouverture à Paris du premier procès des "biens mal acquis"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Biens mal acquis : le fils du président de Guinée équatoriale renvoyé devant la justice française

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)